A la UnePolitiques Publiques
A la Une

Création d’emplois : les crises étouffent 219 000 espoirs d’emplois en 2020

L’objectif de 550 000 emplois fixé par le gouvernement n’a pas été atteint. Principale source d’emplois, l’exécution des projets relevant du BIP n’a permis de générer que 187 393 opportunités d’emplois sur les sur 273 958 attendues.

550 000 emplois. Tel était l’objectif de départ fixé par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, lors de la présentation du programme économique, financier, social, culturel du gouvernement pour l’exercice 2020 devant le Parlement, le 29 novembre 2019. A l’arrivée, il faudra se contenter de 330 903 emplois créés par l’économie moderne au Cameroun l’année dernière, selon la compilation de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation professionnelle (Onefop). La note de conjoncture sur l’emploi au Cameroun en 2020 par cet organisme, publiée fin mars 2021, fait ainsi ressortir un gap de 219 097 emplois entre les prévisions et les réalisations.

Lire aussi : Cameroun : 270 000 emplois perdus en 2020 à cause de la Covid-19

Ces emplois principalement ont été créés par les projets et programmes du budget d’investissement public (BIP), soit 187 393 emplois (56,6%), les entreprises, pour 75 654 emplois (22,9%), le service public d’emploi, avec 16 714 emplois (5,1%), les projets et programmes d’insertion pour 15 353 emplois (4,6%), les coopératives, avec 11 574 emplois (3,5%), les collectivités territoriales décentralisées, pour 11 244 emplois (3,4%), l’administration publique, avec 10 526 emplois (3,2%) et les ONG, pour 2445 emplois (0,7%).

Même s’ils restent la première source d’emplois, les Projets relevant du BIP affichent une contre performance remarquable. Le gouvernement tablait sur 273 958 “opportunités d’emplois” [ou « work opportunities (WO) », en anglais, Ndlr]. C’est le nombre d’emplois permanents, temporaires et occasionnels susceptibles d’être créés. L’exécution de ces projets n’a donc pas permis de concrétiser 86 565 opportunités d’emplois. Courant octobre 2020, le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle (Minefop), Issa Tchiroma Bakary avait déjà revu à la baisse ses estimations initiales de WO, les ramenant à 231 160. Au final, le bilan est plus médiocre.

Lire aussi : En 30 ans, le FNE a créé plus de 200.000 emplois directs et indirects

Le tertiaire en berne

Selon l’Onefop, 102 039 emplois ont été perdus en 2020 au total dans l’économie moderne dont 98,6% dans les entreprises. En effet, la Note de conjoncture montre comme pertes d’emplois : 384 pour les Projets et Programmes d’insertion ministériels, 158 pour les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD), 744 emplois au sein des Coopératives, 132 pour les ONG et 100 621 dans les Entreprises. Les licenciements auraient constitué 62,7% des pertes d’emplois, suivi des démissions (23,6%).

Les prévisions de la Banque mondiale menée dans le cadre d’une étude pour l’élaboration d’un plan de réponses socioéconomiques contre la Covid-19 avait déjà prédit que dans un contexte de propagation de la pandémie dans les villes et compte tenu des mesures prises par le gouvernement (distanciation sociale, fermeture des frontières, etc.) le secteur des services risque d’être le plus exposé à une perte d’emplois dans la mesure où il est celui qui concerne plus les travailleurs (en moyenne 62% des emplois créés dans l’économie camerounaise l’ont été dans le secteur tertiaire au cours de la dernière décennie).

Lire aussi : Formation-emploi : le Gicam dénonce la formation professionnelle

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?