A la UneConjoncture

Crise anglophone : la SABC dément tout licenciement des employés

Emmanuel de Tailly, le directeur général du Groupe SABC, a apporté, le 10 septembre dernier, un démenti formel sur des informations infondées relatives à la gestion de ses deux centres de distribution de Buea et Bamenda.

« Cameroon-Anglophone Crisis: Over one hundred workers laid off Brasseries du Cameroun threaten to go on strike»: Ce titre à polémique d’un journal en langue anglaise sur la gestion des centres de distribution du Groupe SABC (Société Anonyme des Brasseries du Cameroun) dans les régions du Sud et du Nord-ouest du Cameroun a provoqué une sortie opportune d‘Emmanuel de Tailly, le directeur général du Groupe SABC. Ce dernier apporte, à travers un communiqué du 10 septembre 2019, des clarifications sur la situation des 150 employés de la SABC exerçant dans les centres de distribution de ces deux régions affectées  par un climat d’insécurité depuis 2016. De même qu’il dévoile les mesures prises à l’intention des Prestataires Vendeurs Livreurs (Pvl).


>> Lire aussi – Crise sécuritaire : malgré les tensions, l’État veut attirer les investisseurs dans les régions sinistrées


Ainsi, face à la spirale d’attaques subies par la SABC (véhicules incendiés, dégradation des équipements, vols  de produits, chantage et menaces, perte de présence et de volumes, etc.), les Brasseries du Cameroun ont décidé, fin 2018, «de fermer temporairement», 2 centres de distribution, «afin d’assurer la sécurité de ses collaborateurs ainsi que celle de leurs familles», précise Emmanuel de Tailly. Ce que le top management de cette entreprise qualifie de «lourd tribut». La fermeture  de ces deux centres aura pour conséquence, «le redéploiement des 150 collaborateurs du Groupe SABC au sein du Groupe SABC». Tout en saluant le «courage» dont les 150 collaborateurs de la SABC ont fait preuve durant ces périodes très difficiles, le directeur général du Groupe SABC insiste : «…aucun d’entre eux n’a donc été licencié du fait de cette crise...».

Quant aux PVL, le communiqué du 10 septembre dernier indique clairement  qu’ils ont «soit fait l’objet d’un redéploiement ou soit ont été en mesure de vendre leurs camions au Groupe SABC qui s’est porté spontanément acquéreur». Par ailleurs, ajoute Emmanuel de Tailly, les transporteurs de la SABC, « ont été, dans la mesure du possible, concernés par des mesures de redéploiement sur d’autres axes routiers».


>> Lire aussi – Le Groupe SABC paie un lourd tribut de la crise anglophone


Dans ce communiqué, Emmanuel de Tailly confirme les ambitions du Groupe: «le Groupe SABC continuera d’apporter son soutien aux actions qui visent à instaurer la paix et à conserver l’unité de ce pays au travers  de ses actions sociétales et par sa présence économique nationale qui a pour but de valoriser tout territoire du Cameroun avec ses 9 usines, ses 42 centres de distribution, ses 10.000 tonnes de maïs, et 40.000 tonnes de sucre camerounais…. Le Sud-ouest et le Nord-ouest font intégralement partie de cette histoire fabuleuse…», a conclu le directeur général.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page