Conjoncture

Culture : les curiosités du dernier compte d’affectation du Minac

Des inégalités observées dans la répartition de cet appui du gouvernement aux projets, d’un montant total de 221,9 millions de FCFA, destiné à encourager la création littéraire et artistique

Le ministre des Arts et de la culture vient de publier la liste des artistes, des hommes de culture et autres entrepreneurs culturels devant bénéficier d’un financement du Compte d’affectation spéciale pour le soutien de la politique culturelle (Casspc). C’est à la suite de la dernière session de la commission des arts et des lettres tenue du 3 au 4 mai 2018. Un montant total de 221 900 000 FCFA qui a été mis à la disposition de tous ces artistes repartis en quatre catégories, en l’occurrence l’art musical, le cinéma et audiovisuel, le festival et autres arts, ainsi que la littérature et les arts dramatiques. La liste (publiée dans le quotidien gouvernemental du mercredi 26 septembre 2018 dernier) des heureux promus à ce compte qui est le principal instrument d’intervention de l’Etat dans le secteur des arts et de la culture, destiné entre autres à appuyer des projets en vue d’encourager la création littéraire et artistique, suscite cependant quelques curiosités.

Dans la catégorie « Art musical » particulièrement, la plus prolifique avec ses 269 artistes bénéficiaires, on retrouve les artistes qui brillent par leur anonymat ravissent la vedette aux artistes à la notoriété établie. Le lecteur peut remarquer la succession des noms tels qu’Akoa Akoua Fidèle, Akoung Akedi Theophile, Bekono Omgba, Birwe Bienvenue, Djoda Elie, Djomo Philippe, Djoumessi Tsague … avec des œuvres tout aussi inconnues du grand public. Il faut fournir beaucoup d’effort pour avoir la chance de tomber sur des artistes de renom tels qu’Ange Ebogo Emerent ou Moussa Haissam, avec le projet « Les meilleurs de Haissam » dont les montants perçus sont les mêmes que celui des auteurs moins connus. La catégorie « cinéma et audiovisuel » n’est pas en reste dans ce lot de surprises. A côté des noms tels que Bassek Ba Kobhio du projet « Kuntak » ou Beni Alphonse avec « Fils de prélat », on peut retrouver des projets comme « réalisation de vidéogramme destiné à une motion de soutien au président de la République Son Excellence Paul Biya » d’Amani Eloundou Brice.

Dans la catégorie « festival et autres arts », c’est le règne des manifestations culturelles de tout genre. En l’occurrence la « valorisation et promotion du hachement des chevaux, le « festival international des effets spéciaux », les « journées de cœur pour nos grands parents », organisations de jubilés, organisation d’une série d’animation socioculturelle. 96 manifestations vont se partager 47 millions FCFA. La catégorie « « littérature et arts dramatiques » reste le parent pauvre de cette répartition du compte d’affectation spécial. Les montants affectés à chaque artiste ici tournent autour de 300 000 FCFA pour seulement 30 bénéficiaires.

La Rédaction Ecomatin

La Rédaction EcoMatin

Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!