A la UnePolitiques Publiques

Décentralisation, déplacés internes, Can 2021, Plan triennal jeunes, parmi les priorités du budget 2020

Le président de la République, Paul Biya, a fixé mercredi 24 juillet 2019 les grandes lignes de la politique budgétaire du Cameroun, ainsi que les dispositions pratiques pour l’élaboration du budget de l’Etat au titre de l’exercice 2020.

Les priorités du budget de l’Etat pour l’exercice 2020 ont été définies sur la base de la consolidation des acquis du Programme économique et financier (PEF) conclu avec le FMI ainsi que ceux des programmes conduits avec les autres partenaires techniques et financiers. Ces priorités ont été adressées aux membres du gouvernement  dans une circulaire signée le 24 juillet 2019 par le chef de l’Etat. Paul Biya a révélé que l’élaboration du budget 2020 devra prendre en compte «des mesures propres à favoriser la mise en œuvre accélérée de la politique de l’Etat en matière de décentralisation». Dans ces conditions, le relèvement des ressources transférées aux Collectivités territoriales décentralisés (CTD) devra se poursuivre afin de garantir l’effectivité des compétences transférées en application de la législation en vigueur.

Un accent particulier, apprend-on, devra être mis sur le parachèvement du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance (Planut) et du Plan triennal spécial Jeunes. Mais également à l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) 2020 et de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021, et le soutient aux populations des régions affectées par les crises sécuritaires.

Par ailleurs, la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2020 se déroule dans un environnement international marqué par un ralentissement de l’activité économique dans les pays avancés et une reprise fragile dans les pays émergents et en développement.  Au plan national, le contexte est marqué par la persistance des crises sociopolitiques et sécuritaire et la mise en œuvre du PEF conclu avec le FMI. L’Etat camerounais envisage que les  perspective de croissance de l’économie resteront positives (4,2% en 2019 et 4,5% en 2020). Le secteur des hydrocarbures devrait renouer avec la croissance grâce entre autres à la mise en exploitation de nouveaux champs et la production de gaz. Le secteur non pétrolier devrait bénéficier d’une reprise dans l’agriculture industriel, l’activité sylvicole ; de même que la finalisation des travaux de construction  liés aux préparatifs de la Can2021 et la mise en service des chantiers routiers ou énergétiques.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!