A la UneConjoncture

Dette: la Sgc, la Bicec et Ecobank réclament 6 milliards de FCFA à Hysacam

Pendant ce temps, l'entreprise de collecte et ramassage des ordures ménagères attend de l'Etat du Cameroun et des collectivités territoriales décentralisées le versement d'une enveloppe de 14 milliards de FCFA, équivalent à 7 mois d'arriérés.

Hysacam a finalement lâché le montant dû : 14 milliards de FCFA d’arriérés de factures publiques. Michel Ngapanou, le Directeur général de cette entreprise avait à peine dévoilé l’ardoise à recouvrer par Hysacam auprès de ses partenaires: « lorsqu’on prend l’ensemble des villes, Hysacam réclame l’équivalent de 7 mois d’arriérés« , avait-il révélé, le 4 décembre 2018. Face à la presse ce 14 décembre 2018, le staff de communication confirmera la tension de trésorerie aiguë entre des entités publiques et la société en charge de collecter les déchets solides produits par les ménages, le nettoiement, le balayage des rues, places et marchés et de l’ingénierie urbaine auprès des collectivités territoriales décentralisées. Premières redevables, les Collectivités territoriales décentralisées. Hysacam est en effet signataire de conventions de partenariat avec une vingtaine de villes camerounaises. Qui malheureusement tardent à apurer les factures des prestations fournies.  Autre mauvais payeur, le gouvernement camerounais.

En 2017, dans une impasse totale Hysacam avait décidé de mettre la pression sur l’Etat du Cameroun dont  le montant total de la dette  s’élevait à plus de 14 milliards de FCFA, soit 25% de son chiffre d’affaires de l’entreprise. La situation alarmante obligera finalement Yaounde à débloquer, fin décembre 2017, la somme de 6 milliards de FCFA au profit d’Hysacam. Restant de la dette, 8 milliards de FCFA.

Hysacam est confrontée à d’autres sérieux problèmes structurels et techniques : matériel bloqué au Port autonome de Douala, pièces de rechange coincées dans les soutes de bateaux

Le 26 janvier 2018, Michel Ngapanou interpellait ses débiteurs sur la fragilité de ses finances : « si la totalité de la dette n’est pas payée, Hysacam risque de connaître les mêmes problèmes « . Presqu’un an jour pour jour après cette épisode, les mêmes faits ont produits les mêmes dettes. De nouveau 14 milliards de FCFA  de dette. Pis, Hysacam est confrontée à d’autres sérieux problèmes structurels et techniques : matériel bloqué au Port autonome de Douala, pièces de rechange coincées dans les soutes de bateaux, approvisionnement laborieux en carburant pour les véhicules de ramassage en rotation, mauvaise qualité des routes en zone d’intervention, vandalisme sur le matériel Hysacam, saturation des décharges etc… Conséquence, apprend-on de Garba Ahmadou, « Hysacam doit la bagatelle de 6 milliards de FCFA à des banques locales: la Société générale  du Cameroun (Sgc), la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit, et Ecobank’’, notamment « Hysacam  bénéficie de l’accompagnement de ses partenaires financiers, des banques, quicontinuent de lui faire confiance. Ce qui est la démonstration que l’entreprise, chaque fois qu’elle est à flot et que ses prestations sont payées dans les délais, exécute avec efficacité sa mission quotidienne de collecte, de transport et de traitement des ordures ménagères dans les villes ». A Hysacam, on reconnait néanmoins que « l’indisponibilité des ressources, le non règlement ou règlement tardif des factures handicapent fortement l’activité et le fonctionnement de l’entreprise qui supporte difficilement diverses charges, salaires, pièces détachées, carburant ».

Rappelons que c’est dans ce contexte qu’en date du 25 janvier 2017, une correspondance de Ferdinand Ngoh Ngoh, le Secrétaire général de la Présidence de la République, adressée au Premier Ministre, instruisait de nouvelles orientations dans l’ «Organisation du ramassage des déchets dans les centres urbains ». Ouvrant  ainsi « la concurrence de l’activité de collecte et de traitement des ordures dans les centres urbains». Ce, «dans l’optique d’une meilleure gestion du secteur d’activités susvisé, et eu égard aux difficultés récurrentes rencontrées par la Société d’hygiène et de salubrité du Cameroun (Hysacam)« .

Hysacam s’est doté de 211 nouveaux camions et 17 engins flambant neuf pour un montant total de 24,5 milliards de FCFA. Egalement, a renouvelé en juillet 2018, des contrats de partenariat avec plusieurs municipalités du Cameroun.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!