Conjoncture
A la Une

Deux scanners à installer au poste contrôle de Ntam sur la route Ketta-Djoum

Selon l’avis de passation de marché qui vient d’être rendu public par l’organisme sous régional, ces outils serviront à l’inspection par imagerie à rayon X des camions et des conteneurs de fret sur cet axe routier.

La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), vient de rendre public un avis de passation de marché dans lequel, elle fait savoir qu’elle installera 2 scanners pour gros porteurs sur la route Ketta-Djoum. « Les Gouvernements de la République du Cameroun et de la République du Congo ont reçu un financement de la Banque Africaine de Développement en diverses monnaies à l’effet du Projet d’Aménagement de la Route KETTA-DJOUM et de Facilitation du Transport sur le corridor Brazzaville-Yaoundé Phase 2. Il est prévu qu’une partie des produits de ce prêt soit appliquée aux règlements éligibles faisant partie du contrat pour la fourniture et l’installation de deux (02) Scanners pour gros porteurs au Poste de Contrôle Unique Frontalier (PCUF) de Ntam », peut-on lire dans l’avis de passation de marché dont nous avons eu copie.

Lire aussi : La Covid-19 et la bureaucratie freinent l’exécution des projets routiers au Cameroun

Selon la Ceeac, ces scanners permettront l’inspection par imagerie à rayon X des camions et des conteneurs de fret à la recherche d’anomalies suspectes telles que les explosifs, les armes, la monnaie et les médicaments, sans avoir recours à la fouille manuelle. Pour une capacité de traitement au minimum de quatre-vingt véhicules par heure.

Les candidats éligibles peuvent avoir des informations complémentaires auprès des bureaux de la Ceaac, du ministère des Travaux Publics au Cameroun/cellule de suivi de l’exécution des Travaux routiers financés par la Banque Africaine de Développement ou la Banque Mondiale et du Délégation Générale aux Grands Travaux, Cellule d’Exécution des Projets en Partenariat Multilatéral.

Le projet en lui même

Pour rappel, la route Ketta-Djoum est longue de 504,5 kilomètres et constitue un maillon important des liaisons inter-capitales entre Brazzaville et Yaoundé, longue de 1 612 km. Le Cameroun qui se charge de la phase 2, sur un linéaire de 121 km doit réaliser des travaux de signalisation et des aires de repos se poursuivent sur le premier tronçon Mintom-Lélé. Côté congolais, l’on devrait effectuer des travaux de revêtement de la section Ketta-Biessi (121 Km) et la construction des œuvres d’art ainsi que l’aménagement du tronçon reliant Biessi à la Frontière avec le Cameroun à Ntam (195 km).

Lire aussi : Fusion Cemac/Ceeac : les experts pour la dissolution des deux organisations

Sur le plan financier, les données fournies lors de la 46e revue de la Cellule de suivi de l’exécution des travaux financés par la Banque africaine de développement et la Banque mondiale (cellule BAD/BM), rapportaient que les différents bailleurs de fonds impliqués dans le projet sont : la Jica (29,216 milliards de Francs CFA de fonds mobilisés pour 35,99% de décaissement), la Bad (40,704 milliards de Francs CFA pour 29,18% des décaissements), la BDEAC (20 milliards de Francs CFA pour 13,33% des décaissements) et des fonds de contrepartie (10,169 milliards de Francs CFA pour 13,87% des décaissements) ; les clôtures des financements étant attendues au 31 décembre 2020 pour la BDEAC et au 31 décembre 2021 pour la Bad et au 31 décembre 2023 pour la Jica. Notons que les travaux sur cet axe routier étaient initialement prévus pour septembre 2009 à mars 2014.

Lire aussi : Zone Ceeac : Une camerounaise élue commissaire à l’aménagement du territoire et infrastructures

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?