A la UneConjoncture

Développement local : l’afflux des réfugiés perturbe l’équilibre des communes riveraines

Ces collectivités territoriales sont exposées aux risques d’éclatement des conflits sociaux dus à la pression sur les ressources disponibles et à la cohabitation tendue entre populations autochtones et migrants.

Les crises sécuritaires telles que l’instabilité en République centrafricaine, la menace Boko Haram, et la crise qui sévit depuis plus d’un an dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont entraîné un afflux de réfugiés et des déplacés internes dans certaines localités. Des facteurs qui à la longue constituent des risques d’éclatement des conflits sociaux du fait de la pression sur les ressources disponibles, la cohabitation des populations autochtones et migrants. « Depuis 2013, nous avons reçu plus de 60 000 réfugiés dans notre commune. Une salle de classe peut par exemple contenir 250 élèves, ce qui est superflu », raconte Yafondo Esther, maire de Garoua Boulai dans la région de l’Est. Scénario presque similaire à la commune de Touboro éprouvée par l’arrivée de près de 20 000 nouveaux occupants. « Les réfugiés se déplacent en grande partie avec des enfants en âge scolaire, les effectifs dans les salles de classe sont passés du simple au triple », témoigne Célestin Yandal, le maire de cette collectivité située à quelques kilomètres de la République centrafricaine et qui a vu déferler de nombreux réfugiés fuyant les bandes armées dans leur pays pour se retrouver en territoire camerounais. La commune de Mogode, dans la région de l’Extrême-Nord, fait également face à l’afflux des réfugiés. « Les populations ont accueilli les retournés, les déplacés internes et beaucoup de réfugiés. Du coup leurs conditions de vie a été désaxé. Nous avons le défi d’assurer l’éducation des enfants, la santé de ce beau monde sans oublier les autochtones, leur donner accès à l’eau potable, leur trouver de petits métiers. Un vrai problème social », raconte Gilbert Yama, maire de la commune de Mogode.

Pour renforcer la résilience des populations de ces communes, le gouvernement vient de lancer avec l’aide de ses partenaires le Programme de développement économique et social des villes secondaires exposées à des facteurs d’instabilité (Prodesv). « Il est important que ces populations qui accueillent, en même temps que ces populations réfugiées, bénéficient du soutien de l’Etat et de nos partenaires », explique Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie. Financé par l’Union européenne à hauteur de 20 millions d’euros, soit 13 milliards et 120 millions de FCFA, ledit projet va essentiellement se déployer dans les communes impactées par les facteurs d’instabilité, notamment les zones d’accueil de réfugiés, de déplacés internes et d’autres migrants. 15 communes des régions de l’Extrême Nord, du Nord, de l’Adamaoua, de l’Est et du Sud sont ciblées, soit en moyenne environ un million d’Euro pour une trentaine de projets par commune. Il s’agira de manière spécifique de renforcer la capacité des villes secondaires pour faire face aux crises, accueillir de nouveaux arrivants et promouvoir le développement socio-économique communal inclusif dans le respect de l’environnement, explique une note des autorités en charge de l’implémenter.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!