Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Eau potable à Yaoundé : annoncée pour fin 2023 après plusieurs reports, la livraison du Paepys reste attendue au Cameroun

Fin décembre 2023 était un énième rendez-vous manqué du Projet d’approvisionnement en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (Paepys). Depuis cet autre glissement de date, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) Gaston Eloundou Essomba n’a plus donné de nouvelles sur le sujet.

Publiée jeudi 18 avril 2024 à 16:05:48Modifiée jeudi 18 avril 2024 à 16:05:53Temps de lecture 4 minPar Marius Zogo

Lancé en 2016, le Projet d’approvisionnement en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (Paepys), peine à être livré 8 ans après. Pourtant, au courant de l’année dernière, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) Gaston Eloundou Essomba, annonçait finalement pour décembre 2023, la livraison de ce projet. Rendu en fin d’année, ce n’était pas le cas. L’adresse du chef de l’Etat Paul Biya à la Nation le 31 décembre, venait confirmer l’échec de ces prévisions. Ce dernier indiquait que le Paepys est  « quasiment achevé », rassurant que « sa mise en service prochaine, permettra de résorber substantiellement le déficit en eau potable de la ville de Yaoundé ». 

Lire aussi : Cameroun : 50% des premiers MW du barrage de Nachtigal seront utilisés pour faire fonctionner le Paepys

Toutefois, quatre mois après ce énième rendez-vous manqué, le Minee n’a plus donné de nouvelles sur ce projet censé améliorer la desserte en eau potable dans la capitale politique. Nos multiples relances au sein du ministère de l’Eau et de l’Energie pour nous enquérir des raisons de ce retard, sont restées vaines. Mais il faut dire que le projet exécuté par l’entreprise chinoise Sinomach devait initialement être bouclé en juillet 2019 pourtant, en août de cette année-là, l’on annonçait un taux de réalisation de 50,2%. L’échéance a ensuite été reportée en 2020 puis 2021 ; 2022 et avril 2023. La principale raison évoquée par les autorités est la libération de l’emprise du projet encombré par une ligne électrique et une conduite « DN 1 800 ».

Lire aussi : Yaoundé: Vers la fin du rationnement de l’eau potable avec l’achèvement imminent du projet Paepys ?

Le glissement de date était prévisible dans la mesure où,  le rapport sur l’« Évolution des grands projets d’investissement » annexé à la loi de finances 2024, prévoyait déjà une allocation de 23 milliards de Fcfa pour le Paepys pourtant exécuté à 98% peu avant décembre, d’après le Minee. Malgré nos démarches, nous n’avons pas pu savoir à quoi serviraient cet argent pour un projet situé à 2% de sa finalisation. Cependant, il est probable que la mise en service de cette infrastructure soit conditionnée par la mise en service  de la première turbine  du barrage hydroélectrique de Nachtigal (dont l’échéance est toujours attendue) d'une capacité de 60MW. La raison, des sources crédibles nous ont confié que 50% des 60 premiers MW d’électricité attendus seront utilisés pour faire fonctionner le Paepys et arroser Yaoundé.

Lire aussi : Yaoundé : vers un énième report de la date de livraison du Projet d’alimentation en eau potable lancé en 2016 ?

Néanmoins, le document annexé à la loi de finances tablait sur la fin des travaux au mois de mars 2024. Ce qui traduit davantage le retard criard qu’accuse le Paepys, dans un contexte où les coupures d'eau potable sont de plus en plus récurrentes dans la capitale politique.  

Lire aussi : Approvisionnement en eau potable : Camwater veut ressusciter le projet d’approvisionnement de 13 villes secondaires 8 ans après

Pour mémoire, selon un rapport de Camwater publié au premier trimestre,  l’offre de la ville de Yaoundé en eau potable est de 180 000 m3/j, produits respectivement par les usines d’Akomnyada (130 000 m3/j) et Mefou (50 000 m3/j), pour une demande de 230 000 m3/j. Le déficit journalier qui se situe calculette en main à 50 000 mètres-cubes induit oblige l’entreprise à procéder au rationnement de l’eau. Pourtant, réceptionné, le Paepys devrait mettre un terme à ce déficit en eau potable à Yaoundé en injectant dans sa phase initiale un complément de 300 000 m3/j, puis 400 000 m3/j dans la phase d’extension.

Lire aussi : Cameroun : après 5 ans d’attente, le gouvernement lance enfin la 2e phase du projet d’alimentation en eau potable de 9 villes

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner