Conjoncture

Echanges: la balance commerciale du Cameroun plombée de plus de 160%

Cette aggravation du déficit commercial résulte d’une augmentation des importations de 105,8 milliards de FCFA et d’une diminution des exportations de 53,7 milliards de F CFA au premier trimestre 2018, par rapport au premier trimestre 2017.

L’Institut national de la statistique renseigne qu’au premier trimestre 2018, la balance commerciale du Cameroun a enregistré un déficit de 253,4 milliards de FCFA, soit une augmentation de 159,5 milliards de F CFA (+169,7%) par rapport au premier trimestre 2017. Cette aggravation du déficit commercial résulte d’une augmentation des importations de 105,8 milliards de FCFA et d’une diminution des exportations de 53,7 milliards de F CFA par rapport au premier trimestre 2017. L’augmentation des importations résulte partiellement de la reprise des activités à la Société Nationale des Raffineries du Cameroun (SONARA) après un arrêt technique observé au premier trimestre 2017. En effet, cette reprise d’activité a induit une reprise des importations de pétrole brut qui s’élèvent à près de 43,1 milliards de F CFA au premier trimestre 2018. Le taux de couverture baisse et se situe à 65% contre 85% au premier trimestre 2017. Hors pétrole, le déficit de la balance commerciale se situe à 406,4 milliards de FCFA soit une augmentation de 104,9 milliards de FCFA (+34,8%) par rapport au premier trimestre 2017. Cette hausse du déficit hors pétrole est liée à une baisse des exportations hors pétrole de 13,5% suivie d’une hausse des importations hors pétrole de 10,2%. Le taux de couverture hors pétrole se détériore d’environ 11 points pour se situer à 40,0% au premier trimestre 2018.

Les recettes d’exportation en repli de 10,3%

Au premier trimestre 2018, les recettes d’exportations du Cameroun se chiffrent à 466,4 milliards de FCFA pour 1,5 millions de tonnes de marchandises, enregistrant ainsi des baisses de 10,3% en valeur et 8,9% en quantité par rapport au premier trimestre de l’année 2017. La baisse observée est due à un repli des ventes de certains principaux produits d’exportation. Il s’agit essentiellement du cacao brut en fèves (-17,7%), des huiles brut de pétrole (-5,5%), des bois sciés (-9,4%), du café (-38 ,8%) , de l’aluminium brut (-53,8%), des bananes et plantains (-18,8%), et du caoutchouc brut (-40,6%). Cette baisse a été amortie par une amélioration des exportations de certains produits notamment : le coton brut (+56,4%), les carburants et lubrifiants (+42,5%) et le bois brut en grume (+4,3%). La hausse des exportations des carburants et lubrifiants résulte de la reprise des activités à la SONARA après l’arrêt technique observé au premier trimestre 2017. Evolution des exportations (en millions de FCFA) Source : INS Les exportations demeurent très peu diversifiées et sont constituées principalement de produits primaires. Les dix premiers produits contribuent pour 91,1% des recettes d’exportations au premier trimestre 2018. Il s’agit principalement des huiles brutes de pétrole (42,0%), du cacao brut en fèves (16,2%), du coton brut (8,4%), des bois sciés (7,4%), des bois bruts en grume (6,2%), des carburants et lubrifiants (2,3%), de l’aluminium brut (2,1%) et du savon de ménage en morceau (2,0%)

Les dépenses d’importation en hausse de 17,2%

Au premier trimestre 2018, les dépenses d’importations du Cameroun se chiffrent à 71,8 milliards de Fcfa pour 1,8 millions de marchandises, enregistrant ainsi des hausses de 17,2% en valeur et 22,5%en quantité par rapport au premier trimestre 2017. Cette augmentation des dépenses d’importation résulte de la hausse des dépenses d’importation des produits de l’industrie chimique (55,5%) dont 18,5% pour les produits pharmaceutiques, des cokes de bitume et autres résidus du pétrole (303,7%), des céréales (23,2%) dont 20,6% pour le riz, des animaux et produits du règne animal (26,1%) et les poissons de mer congelés (18,9%). Cette hausse a été amortie par la baisse des dépenses d’importations de certains produits, notamment : machines et appareils électriques (-30,7%), carburants et lubrifiants (-61,8%) et véhicules de tourismes (-13,4%).

Les importations sont principalement constituées des hydrocarbures (14,5%), des poissons et crustacés (3,9%), des céréales (10,1% dont le riz (6,2% et froment et méteil 3,6%), des machines et appareils mécaniques (10,5%), des machines et appareils électriques (4,9%). Au premier trimestre 2018, la facture des importations de produits alimentaires représente 23,4% des dépenses d’importations contre 22,0% à la même période de l’année 2017. Elle est répartie ainsi qu’il suit : animaux et produits du règne animal (4,7%) ; produits du règne végétal (11,3%) ; graisse et huile animales ou végétales (1,7%) et produits alimentaires industriels (5,7%).

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!