Non classé

Economie numérique: la stratégie de Campost sur le marché du mobile money

L’opérateur du secteur postal vient de lancer un porte-monnaie électronique qui va servir au mobile money en même temps qu’au mobile banking.

« Campost Money », le porte-monnaie électronique de la Cameroon Postal Services (Campost), est déjà utilisé pour le paiement des frais de scolarité, depuis les mesures prises par les autorités en charge des enseignements secondaires. Mais c’est tout récemment que le public commence à se familiariser avec cette innovation de l’opérateur publique du secteur postal. Marc Aurèle Mandeng, directeur des activités du courrier et du réseau de la Campost avait annoncé le 22 janvier 2019, lors de la conférence annuelle des responsables des services centraux, déconcentrés et sous-tutelle du ministère des Postes et télécommunications, la nouvelle selon laquelle la Campost venait d’intégrer le marché du mobile money, en lançant le porte-monnaie électronique. La Campost a déjà procédé à la signature de conventions de partenariat logistique et financier avec des e-marchands, ainsi qu’à la signature de conventions avec plusieurs entreprises et administrations en vue de l’utilisation du moyen de paiement électronique de Campost, relevait le responsable à Campost.

Cette innovation de l’opérateur postal va en même temps servir pour les transactions de mobile money et de mobile banking

Le nouveau porte-monnaie électronique va jouer sur plusieurs leviers, apprend-on de source crédible. Cette innovation de l’opérateur postal va en même temps servir pour les transactions de mobile money et de mobile banking. « Nous avons digitalisé et empaqueté l’intégralité de la banque dans l’application mobile Campost Money », renseigne un support dédié à l’outil. « Davantage de personnes utilisent le secteur postal pour des services financiers, par l’intermédiaire des bureaux de poste très répandus dans les zones rurales où les banques n’ont pas pu ouvrir des agences », explique notre source. Une stratégie que compte implémenter l’opérateur en se basant sur son réseau dense de 234 bureaux de postes disséminés à travers le pays. L’opérateur a signé il y a quelques années une convention avec l’entreprise de e-commerce Jumia pour acheminer ses livraisons. Ce partenariat pourrait s’étendre également au nouveau moyen de paiement mis en place par Campost et que les clients de Jumia pourraient utiliser.

L’opérateur du secteur postal s’intéresse de plus près au commerce électronique. Dans ce sens, Campost a signé un partenariat avec le groupe nigérian Interswitch, spécialisé dans les systèmes de paiement, pour le lancement d’un commutateur qui devait lui permettre de fournir des services financiers et connexes de proximité, et de promouvoir l’inclusion numérique. Le commutateur électronique financier, tel qu’on le désigne, représente aussi une opportunité pour toute entreprise locale de développer des services financiers tels que le mobile money, les paiements électroniques dans les magasins, et les guichets automatiques bancaires, expliquent les experts. « Même les microfinances pourront s’appuyer sur le logiciel déjà servi par le commutateur pour déployer leurs GAB et faire le mobile money sans avoir besoin d’aller acheter leurs logiciels », soutient un cadre technique. Autres services escomptés avec cette infrastructure, l’usage du code QR pour l’achat des produits, l’internet banking et le e-commerce qui jusqu’ici tardent à décoller, faute de véritables moyens de paiement.

Que peut Campost, face à MTN et Orange, leaders du marché ?

Campost arrive sur un marché du mobile money de plus en plus concurrentiel, dominé par les opérateurs de téléphonie mobile Orange et MTN. L’opérateur français Orange se revendiquait, au mois d’aout 2018, 70% du marché et dit avoir 3,9 millions d’abonnés Orange money. La filiale camerounaise du français comptait alors environ 610 milliards FCFA de transactions entre 2014 et 2016. MTN est le deuxième acteur dominant du marché. Selon Edouard Tamba, responsable de communication chez l’opérateur, MTN mobile money, c’est plus de 5 millions de comptes dont 2 millions actifs ; plus de 30 000 points de contact à travers le pays (le plus grand réseau du pays). Une remontée consécutive à son retard à l’allumage par rapport à son principal concurrent, le français. Le Sud-africain dans ses états financiers à fin septembre 2018 révèle que le nombre de clients actifs sur le service Mobile money de sa filiale camerounaise a augmenté de 24,5%.  Avec 40,7% de parts, MTN mobile money garde la tête du classement des services de transfert mobile money et mobile banking les plus utilisés, selon l’annuaire statistique du secteur des télécoms, publié l’an dernier par l’Institut national de la statistique (INS) pour le compte de l’année 2017. Il est suivi d’Orange money (40,3%), et Afrikpay (8,5%).

Dans son rapport annuel sur l’état du secteur des communications électroniques au Cameroun, l’Agence de  Régulation des Télécommunications (ART) renseigne que le nombre d’abonnés au mobile money a atteint précisément 8 003 252 au courant de cette année, soit une progression de plus de 110,24%.

Les autres acteurs du marché ont encore de la peine. C’est le cas de Nexttel qui en partenariat avec UBA a lancé le porte-monnaie « Possa ». Il y a également l’opérateur du transfert d’argent Express Union qui tarde à décoller, freiné par des problèmes de code qui l’opposent aux opérateurs. Société Générale qui opère à travers l’application Yup devra également confirmer ses ambitions sur ce marché en plein développement. Les services de paiement sur mobile ont en effet connu une évolution exponentielle depuis 2017 au Cameroun. Dans son rapport annuel sur l’état du secteur des communications électroniques au Cameroun, l’Agence de  Régulation des Télécommunications (ART) renseigne que le nombre d’abonnés au mobile money a atteint précisément 8 003 252 au courant de cette année, soit une progression de plus de 110,24%.

C’est un gain net de 4,19 millions de nouveaux abonnés par rapport à l’année précédente. Ce service touche désormais 49,39% des abonnés des réseaux MTN Cameroon et Orange Cameroun, apprend l’ART. Le taux de pénétration du service mobile money offert sur les réseaux des opérateurs de télécommunications est estimé à 34,46% de la population nationale, renchérit le régulateur. Le nombre de transactions en volume progresse de 288,96% pour s’établir à 106 millions de SMS. En moyenne, note le rapport, un abonné aura donc été à l’origine de 13,25 transactions au cours de l’année 2017.

 

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!