Politiques Publiques

Economie Numérique : le Cameroun lance un incubateur d’entreprises

Il aura pour principal objectif d’encadrer des porteurs de projets innovants dans le secteur des postes, télécommunications et des TIC.

Le 21 septembre 2018 à Yaoundé, la ministre des Postes et télécommunications, accompagnée du ministre des Finances, a procédé au lancement officiel des activités de l’entité dénommée Sup’ptic Business Academy. Il s’agit d’un incubateur d’entreprises de l’Ecole nationale supérieure des postes, des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Ledit incubateur aura pour objectifs d’accueillir, de former, d’héberger et d’accompagner des porteurs de projets innovants dans le secteur des postes, des télécommunications et des TIC. L’accompagnement se fera sur les plans technique, organisationnel et financier.

Minette Libom Li Likeng a précisé lors de la cérémonie de lancement que « l’inauguration de la structure à laquelle nous avons procédé ce jour est significative à plus d’un titre. Elle témoigne de l’engagement et de la détermination constants du gouvernement à accompagner, selon les standards universellement reconnus, notre jeunesse si créative, dans son épanouissement et son insertion, sans complexe, dans l’économie numérique. Il s’agit d’encadrer des initiatives par des infrastructures, des compétences et des financements ».

Abega Moussa, chef de centre de l’incubateur, a de son côté indiqué en substance que cette innovation devrait favoriser la création des Pme dans ce secteur d’activités, créer de la richesse et, partant, de nombreux emplois pour les jeunes. D’après les prévisions, pour l’année 2018-2019, il est question d’accompagner les porteurs de projets afin d’avoir des résultats dans les six premiers mois. Il est ensuite question de faire connaitre la structure avant de se lancer dans la recherche des financements. Il est aussi prévu l’ouverture d’une boutique des applications et la création des start-up.

De manière plus précise, la ministre des Postes et télécommunications souligne que la mise en route de l’incubateur s’inscrit dans la stratégie de mise en œuvre de la vision du président de la République, qui est de faire de l’économie numérique un domaine créateur d’emplois et vecteur de croissance.

La première cuvée, apprend-on, est composée de 28 porteurs de projets qui vont commencer dans les prochains jours. Pour bénéficier de l’encadrement de Sup’ptic, il faudrait au préalable être inscrit dans cette institution, ou sélectionné par un jury selon certains critères, lorsqu’on est porteur de projet.

La Rédaction EcoMatin

La Rédaction EcoMatin

Commentaires Facebook
Mots clés
Afficher plus

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!