SESSION PARLEMENTAIRE DE NOVEMBRE 2021SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Education : face aux députés, le gouvernement réaffirme vouloir maintenir à 25 000 FCFA les frais d’APEE dans les écoles

Cette décision sera effective dès l’année prochaine, sur l’ensemble du triangle national.

Au mois de septembre dernier, la rentrée scolaire a été marquée par une vive polémique qui a tenu en haleine l’opinion nationale pendant des jours. Cette dernière était essentiellement en rapport avec les frais associatifs exigés aux parents d’élèves dans les établissements scolaires publics. En effet, nombre d’entre eux se plaignaient de l’augmentation quasi annuelle desdits frais, dont le montant dépendait selon ces derniers, du niveau de «gloutonnerie» de chaque chef d’établissement.

Pour tenter de calmer les esprits, la ministre des Enseignements Secondaires Nalova Lyonga s’est fendue d’un communiqué, dans lequel elle annonçait le plafonnement de cette somme à 25 000 FCFA. Cela n’a pas freiné la contestation, qui a repris de  plus belle, menée cette fois par des organisations de la société civile. Ces derniers fustigeaient  le manque de transparence dans la gestion des frais d’APEE (association des parents d’élèves et d’enseignants) et la démission de l’État.

Plus de deux mois après, le sujet n’est toujours pas clos. Il était d’ailleurs au centre  d’une séance d’échange  organisée mercredi 24 novembre 2021 à l’assemblée nationale, dans le cadre de séance parlementaire de novembre. La réunion a rassemblé  les députés, membres de la commission  dédiée à l’éducation et le gouvernement, représenté par Nalova Lyonga, la ministre des Enseignements Secondaires et Laurent Serges Etoundi Ngoa, le ministre de l’Éducation de Base (Minedub). Au sortir de cette concertation, les deux émissaires de l’État ont été Formels: Les Associations des parents d’Élèves seront maintenues. Tout comme les frais exigibles fixés à 25 000 FCFA.

« Les ministres de l’éducation savent que les associations de parents d’élèves ce sont des parents dans une école donnée, qui se sont regroupés et qui respectent les lois et les règlements qui régissent le secteur scolaire te les associations. Aujourd’hui il y a des questions à résoudre. Nous n’avons pas tous les mêmes moyens. Vous avez suivi la ministre des enseignements secondaires qui a dit que nous n’avons pas encore un plafond défini, mais nous allons mettre ça à 25 000. Nous ne pouvons pas aller au-delà parce que nous savons qu’il y a des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent.», a déclaré le MINEDUB

 Un raisonnement que partage également Nalova Lyonga. Toutefois, elle rappelle aux membres des APEE, qu’il ne s’agit pas d’un moyen de se faire de l’argent sur le dos des parents. Pour mémoire, selon l’annuaire du ministère  des Enseignements secondaires élaboré au terme de l’année scolaire 2014/2015, les écoles (privées et publiques) camerounaises comptaient 2 141 077 élèves régulièrement inscrits, dont 1 517 217 dans le seul secteur public. Les Frais d’APEE oscillant entre 20 et 30 000 selon les établissements scolaires, une moyenne de 15 000 permet d’estimer à 22 758 255 000 FCFA, les frais exigibles payés par les parents en 2015.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page