A la UneBusiness

Electricité : le flou persiste sur le départ ou non d’Actis actionnaire majoritaire d’Eneo au Cameroun

Reçue en audience mercredi 24 juillet 2019, Nafiatou N’Daw, présidente du comité d’audit d’Energy of Cameroon (Eneo), concessionnaire du secteur de l’électricité au Cameroun n’a pas souhaité se prononcer sur le sujet.

Elle a effleuré le sujet laissant l’opinion sur sa fin. Nafiatou N’Daw, présidente du comité d’audit d’Energy of Cameroon (Eneo) au sortir de l’audience à elle accordée par Louis Paul Motaze, ministre des Finances, le mercredi 24 juillet 2019  dit « être allée discuter de l’amélioration du secteur de l’énergie au Cameroun ».  À la question de savoir « où en est Actis avec la vente d’Eneo », Nafiatou N’Daw a répondu : « Dans mon rôle, ce n’est pas à moi de répondre à cette question. Mais de toute façon, toute décision prise est dans l’intérêt de l’État et de la société ».

Pour l’heure, la polémique enfle. Plusieurs médias annoncent que le fonds d’investissement britannique Actis, lassé des interférences politiques et du non-règlement des arriérés de l’État (plus de 100 milliards de FCFA), cherche activement un repreneur. L’Hebdomadaire Jeune Afrique dans une récente édition annonçait déjà des potentiels « repreneurs ».  Selon le magazine, les impayés envers l’opérateur national « dépassent largement les 100 milliards de F CFA ». Le même magazine annonçait  que certaines entreprises seraient déjà venues se renseigner dont l’angolais Aenergy. Sous d’autres cieux, l’on signale en fait qu’il y a eu 273 désinvestissements de Private Equity en Afrique entre 2013 et 2018. Et donc, ça ne serait qu’un processus normal dans la logique du business développé par des fonds d’investissement qui achètent et revendent. Actis aurait donc attendu, la prolongation, la fin de l’année dernière, jusqu’en 2031 de la concession d’Eneo, pour revendre ses actifs à un meilleur prix.

C’est le 7 novembre 2013 que le groupe américain AES et le britannique Actis ont annoncé avoir trouvé un accord pour la cession de tous les actifs d’AES dans ses filiales camerounaises AES-Sonel (prédécesseur d’Eneo), Kribi Power Development Corporation (KPDC) et Dibamba Power Development Corporation (DPDC). Montant de la transaction : 220 millions de dollars, soit environ 110 milliards de FCFA à l’époque.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!