Chargement des breaking news...
Conjoncture

Le Projet de développement des chaines de valeur de l’élevage et de la pisciculture veut construire un abattoir à Douala

Le projet qui reçoit un financement de la Banque africaine de développement, vient de lancer un avis à manifestation d’intérêt relatif à cet effet.

Publiée vendredi 27 août 2021 à 15:42:58Modifiée dimanche 29 août 2021 à 12:10:45Temps de lecture 4 minPar Cindy MBALA BETINE

Les capacités d’abattage seront renforcées

Quelques mois après son lancement, le Projet de développement des chaines de valeur de l’élevage et de la pisciculture (Pdcvep), est à pied d’œuvre. Le projet coordonné par le Dr Aboubakar Njoya, vient de lancer un avis à manifestation d’intérêt « portant sur la maîtrise d’œuvre complète des travaux d’entrepôt, d’aménagement de la voie d’accès, de l’extension des réseaux et de la construction de l’abattoir moderne de douala », peut-on lire sur le communiqué rendu public à cet effet.

Lire aussi : La BAD octroie 55 milliards de F aux filières piscicole, bovine et porcine

Les personnes ainsi intéressées par cet avis à manifestation d’intérêt doivent déposer, leurs dossiers au plus tard le 14 septembre 2021, auprès du programme. Ces dernières devront remplir un cahier de charges assez fournis. De façon générale « la firme de consultant devra présenter une expérience générale acquise dans la conduite des études, des contrôles, et des maîtrises d’œuvre complété des travaux/projets relevant du secteur du BTP et/ou des grands travaux (construction des édifices (immeuble de grande hauteur IGH, immeuble de moyenne hauteur IMH), complexes touristique, sportif, commercial, culturel ou industriel, construction ou de réhabilitation routière, construction des ouvrages d’art...) », renseigne le communiqué.

De façon spécifique, il s’agira de « présenter des expériences spécifiques acquises dans la conduite des études techniques, environnementales et sociale, des contrôles, des maîtrises d’œuvre complète des projets similaires notamment : la construction des abattoirs ou industriels similaire, la construction des entrepôts frigorifiques et les constructions routières similaires ».

Lire aussi : Filière porcine : le gouvernement va importer 300 porcs géniteurs pour booster la filière

Les missions qui seront alors assignées à l’adjudicataire de ce marché sont : l’organisation et la préparation ; l’examen de la conformité au projet et visa des études d’exécution réalisées par les entreprises (Visa) ; la direction de l’exécution du contrat de travaux (DET) ; l’ordonnancement, le pilotage et la coordination du chantier (OPC) et l’assistance apportée au maître de l’ouvrage des opérations de réception et pendant la période de garantie de parfait achèvement (AOR).Ce nouvel abattoir viendra ainsi renforcer les capacités d’abatage de la ville de Douala. Car rappelons-le, la Société de développement et d’exploitation des productions animales (Sodepa), y dispose d’un abattoir moderne bénéficiant de deux lignes d’abattage dont l’une pour les bovins et l’autre pour les ovins et les porcins.

Le Pdcvep en question

C’est le 22 avril dernier que le ministre de l’Elevage, des pêches et des industries animales, Dr Taïga avait procédé au lancement officiel du Projet de développement des chaines de valeur de l’élevage et de la pisciculture (Pdcvep). Le projet d’une durée de 5 ans bénéficie d’un financement global de 65 milliards de Fcfa, dont un financement de la Banque africaine de développement à hauteur de 84 millions d’euros, soit 55 milliards de Fcfa et des fonds propres de 10 milliards de Fcfa.

Lire aussi : Le capital de Lanavet et Sodepa désormais ouvert aux privés

Le projet cible les filières bovine, piscicole et porcine et a pour objectif global de contribuer de manière inclusive à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la réduction de la pauvreté dans sa zone d’intervention. De façon précise, il vise l’accroissement compétitif et hygiénique des produits bovins, porcins et piscicoles et l’amélioration des revenus des acteurs ainsi que la création de nouveaux emplois dans les trois chaînes de valeur. Il vise aussi la promotion de l’entrepreneuriat et la création de l’emploi des jeunes diplômés et adresse les préoccupations de modernisation de l’appareil productif.

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner