A la UneConjoncture

Emmanuel Muma, le Camerounais survivant d’un crash d’avion en RDC raconte l’accident

Originaire du Nord-Ouest Cameroun, Emmanuel Muma est le seul survivant du crash aérien, survenu dimanche 24 novembre en RDC, qui a coûté la vie à plus de 27 personnes. Il raconte son drame.

Le 24 novembre, un petit avion de la compagnie congolaise (Kinshasa) Busy Bee qui effectuait un vol à destination de Beni et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, s’est écrasé 03 minutes après son décollage à l’aéroport international de Goma. Selon les autorités locales, 17 passagers et deux membres d’équipage se trouvaient à bord de l’avion. Il s’est écrasé sur deux maisons. Le bilan officiel  de l’accident fait état de 27 morts dont 06 membres d’une même famille (habitants de la maison principale sur laquelle l’avion s’est affaissé). La presse locale indique que ce nombre serait revu à la hausse, évoquant désormais 29 morts et un seul survivant.

« J’ai trouvé une possibilité de sortir »

Il s’agit d’Emmanuel Muma. D’après les informations concordantes, il est originaire du Nord-Ouest Cameroun. Travaillant dans les secteurs des télécommunications, il effectuait des prestations de service entre sa base de Douala au Cameroun, le Congo et la République Démocratique du Congo. Marié, Muma Emmanuel est père de 3 enfants. Conscient qu’il a survécu miraculeusement à cette tragédie, il a livré un bref récit de l’accident. « Dieu merci pour la santé mais ça me fait mal au cœur pour tous ces passagers qui ont perdu la vie.  C’est par la grâce de Dieu que je suis en vie. Quand le crash est survenu, le feu a commencé à se propager dans l’avion. Il y avait deux ou trois passagers derrière moi que je voulais aider mais ils étaient costaux. J’ai trouvé une possibilité de sortir et je suis tombé hors de l’avion avant que le feu n’envahisse l’engin », relate-t-il couché. Pour l’instant, il est interné à l’hôpital Heal Africa où il suit des soins appropriés.

Causes du drame

Concernant les causes de la catastrophe, les autorités de la RDC renseignent que l’avion aurait « raté son décollage » ; les services techniques de Busy Bee privilégie « la thèse d’un problème technique ». Lancée en 2009, Busy Bee se présente comme la « spécialiste du Congo profond » ; elle opère deux D228-200 et un D228-100 (15 à 19 passagers) entre les villes de Goma, Butembo et Beni, avec selon son site, des vols réguliers mardi, mercredi, vendredi et dimanche, participant au désenclavement de la province du Nord Kivu. Comme toutes les compagnies aériennes de RDC, elle figure sur la liste noire de l’Union européenne, en raison d’un manque de supervision de la sécurité par les autorités de l’aviation de ce pays.

Ce nouveau sinistre vient rappeler le triste record de l’aviation en République Démocratique du Congo. C’est le pays africain qui a enregistré le plus grand nombre d’accidents d’avions (civils et militaires) ces 20 dernières années : 46 accidents ont été répertoriés depuis 1999, dont 3 cette année. Les appareils impliqués, qui sont pour la plupart des avions petit-courrier, ont fait 582 morts au cours de cette période. A côté des conditions météorologiques, la vétusté des flottes, le non entretien des infrastructures aéroportuaires, les failles dans la réglementation nationale, sont souvent cités parmi les causes directes et indirectes de ces accidents qui ternissent un peu plus l’image de ce vaste pays de 2,3 millions de Km2.

 

Articles Liés