A la UneDossiers

Emplois : Le chiffre de 500 000 crées au Cameroun est-il soutenable ?

Dans son discours à la jeunesse le 10 février 2019, le président de la République, Paul Biya a annoncé aux jeunes que 500 000 emplois avaient été créés en 2018 et qu’un nombre analogue d’emplois était envisagé pour 2019. Mais des indicateurs jettent un doute sur la pertinence de cette annonce.

« Plus de 500 000 emplois ont été créés en 2018, grâce aux grands chantiers en cours, aux projets agricoles, routiers et infrastructurels, ainsi qu’aux travaux menés par les collectivités territoriales décentralisées ». C’est en ces terme que le président de la république Paul Biya s’est adressé à la jeunesse lors de son discours du 10 février 2019. Cette nouvelle annonce vient s’ajouter à celles faites dans de précédents discours, qui emmènent à conclure que sur les 5 dernières années un peu plus de 2 millions d’emplois ont été créés au Cameroun. Le problème, c’est que de nombreuses personnes au sein de l’opinion publique ont du mal à y croire, vu le nombre élevé de jeunes « prêts à tout faire », tant qu’il s’agit d’avoir un job.

Des indicateurs semblent cependant diluer la confiance présidentielle. Ils proviennent de la surveillance dans l’évolution des chiffres du régime de pension. S’il est difficile d’avoir accès aux données des pensions des fonctionnaires gérés dans le cadre du trésor public, celui du secteur privé qui est géré par la Caisse nationale de Prévoyance Sociale est un indicateur assez pertinent.  Ce qu’on note en premier lieu lorsqu’on regarde les chiffres publiés par l’organisme, c’est que déjà le nombre des entreprises contributrice a fortement baissé. Elles sont passé de 70 557 en 2014, à seulement 38 445 en 2016. Les chiffres des années d’après n’était pas disponibles. Cette information renseigne déjà sur une chose, c’est que le nombre d’entreprises qui cotisent pour leurs employés a baissé. Il est difficile de dire si cela a été le fait d’une régularisation ou d’une cessation d’activités.

Mais déjà, le nombre de personnes déclarés à la CNPS et qui sont considérées comme travaillant en entreprise, est passé de 740 016 en 2014 toujours selon les données de la CNPS, à près de 853 640 en 2016

Dans la même foulé, on apprend que le nombre salarié déclarés et qui sont dans des entreprises, a augmenté sur la période. Au regard de la baisse du nombre d’entreprise, on peut déduire qu’il y a eu de nombreuses régulations. Mais déjà, le nombre de personnes déclarés à la CNPS et qui sont considérées comme travaillant en entreprise, est passé de 740 016 en 2014 toujours selon les données de la CNPS, à près de 853 640 en 2016. Cela suppose une augmentation de 113 624 nouveau déclarés en entreprise. Ce chiffre passe à 114 323 de personnes supplémentaire déclarées, si on associe les adhésions volontaires.

Seulement 39 000 emplois créées dans le privé, entre 2009 et 2016

Du côté des entreprises le rapport sur le recensement général des entreprises de l’année 2016 produit par l’Institut nationale des Statistiques confirme effectivement que peu d’entreprises déclarent leurs employés à la CNPS. On peut donc estimer que les deux millions d’emplois crées défendus par le gouvernement sur les 6 dernières années sont une réalité. Mais en réalité, au dernier pointage de ce rapport (2016), les 201 000 et plus d’entreprises recensés, employaient 696 259 personnes, contre un peu plus de 429 358 emplois en 2009. Ce qui fait une création d’emplois supplémentaire d’un peu plus de 38 000 postes dans le privé. Et là même, on apprend que des secteurs qui recrutent le plus, sont celui de la sécurité (gardiennage) et l’agriculture industrielle, notamment la Cameroon Development Corporation, qui est aujourd’hui en petites difficultés. Dans le rapport, il ressortait que le rythme de recrutement des entreprises avait baissé, en rapport avec un ralentissement de leurs croissances et de leurs rentabilités.

L’hypothèse la plus forte serait que ces emplois aient été effectivement créées, mais n’aient pas donné lieu à des déclarations à la CNPS.

2 millions d’emplois depuis 2011, mensonge ou erreur de bonne foi ??

Vu sous un tel angle, on est loin des chiffres proches du million d’emplois annoncés comme étant créés sur la période. L’hypothèse la plus forte serait que ces emplois aient été effectivement créées, mais n’aient pas donné lieu à des déclarations à la CNPS. Valider une telle position équivaudrait à reconnaître, que le gouvernement camerounais consacre le sous-emplois comme moyen de faire reculer le chômage. Lors d’une rencontre en 2018 avec la presse, des responsables du ministère de l’économie avaient reconnu que cette question du sous-emploi est un serpent de mer.

Le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi, boussole de la première étape de la vision 2035, prévoyaient qu’il soit en baisse à seulement 50% des travailleurs à la fin 2020. À 17 mois de l’échéance, tout porte à croire que cet indicateur du document cadre de travail de l’administration camerounaise, ne sera pas atteint. Selon de récents rapports, le taux de sous-emplois a même augmenté et frôlait les 80%. Et il a été observé que ce sous-emplois frappent tous les secteurs, y compris ceux de l’administration. De nombreuses personnes recrutées dans le cadre de l’initiative 25 000 recrutement dans l’administration, sont aujourd’hui soit sous-payés, soit mal intégré.

Le président de la république a-t-il délibérément annoncé des chiffres qui ne sont exacts ou a-t-il consacré le sous-emploi comme solution au chômage. Sur la question, il est difficile de se prononcer. Personne n’a pu lui poser la question directement. Mais au final 2 millions d’emplois décents, ne semblent pas avoir pu être créés au cours des six dernières années.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!