Banques et FinanceBanques et Finances
A la Une

Emprunt obligataire : le Cameroun rembourse 61 milliards

Les souscripteurs de l’emprunt obligataire de 2018-2023 de l’Etat du Cameroun ont perçu 50 milliards représentant l’amortissement du principal, et 11,2 milliards représentant les intérêts.

Depuis le 17 novembre dernier, les souscripteurs de la valeur « ECMR 5,6% net 2018-2023 » passent à la caisse. Le trésor public camerounais, émetteur de cette valeur, a en effet procédé à la mise en paiement de 61,2 milliards de FCFA. Selon un communiqué de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale(Beac), dépositaire central des valeurs mobilières dans la Cemac, 50 milliards de cette enveloppe représentent l’amortissement du principal de l’emprunt, et 11,2 milliards, les intérêts générés. Le coupon net perçu par obligation a été fixé à 3 060 milliards de FCFA.

Lire aussi :  Le Cameroun va débourser plus de 45 milliards sur son emprunt « ECMR 5,5% net 2016-2021 »

Pour la suite du remboursement de cet emprunt assorti d’un taux d’intérêt de 5,6% pour une maturité de 5 ans, ¼ du capital (soit 50 milliards de FCFA représentant l’amortissement du capital) sera débloqué annuellement jusqu’en 2023. Lancé en 2018, à la bourse de Douala, pour chercher la somme 150 milliards de FCFA, cet appel à l’épargne public de l’Etat camerounais avait connu une sursouscription des investisseurs, qui avaient proposé jusqu’à 207 milliards au pays. En quête de financement pour ses grands projets, le Cameroun avait alors obtenu du régulateur une autorisation pour capter 50 milliards de FCFA supplémentaire sur le montant initial sollicité, portant ainsi à 200 le total de son enveloppe dans le cadre de cette opération. Le succès de cette opération, le gouvernement le doit à un groupe de neuf banques et institutions financières en activité au Cameroun. De sources concordantes, ils avaient déjà garanti une contribution de 121,5 milliards avant même l’ouverture des souscriptions. Par ailleurs, un groupement légal avait été constitué en 2019 pour représenter tous les souscripteurs à cet emprunt. Il s’agit de SCB Cameroun (personne morale bancaire), la Régional (Personne morale non-bancaire) et Suzanne Ngo Bikoi (Personne physique). Durant leur mandat qui court jusqu’à échéance de l’emprunt leur rôle est de défendre les intérêts des obligataires.

Lire aussi : Emprunt obligataire : le taux de remboursement d’ECMR 5,5% déjà à 75%

L’argent ainsi mobilisé était prioritairement (à 70%) destiné au financement de la construction des infrastructures devant abriter la Coupe d’Afrique des Nations qui devait se jouer en 2019 au Cameroun. Dans les détails, 62 milliards de FCFA étaient affectés au financement des travaux finaux du complexe sportif d’Olembe, 36 milliards pour les stades annexes et les voies d’accès, 26 milliards pour le complexe de Japoma, ses annexes et ses voies d’accès (26 milliards de FCFA) auquel s’ajoute le stade de la Réunification de Douala(8 milliards de FCFA pour les travaux de réhabilitation). Des infrastructures du même type devaient recevoir des enveloppes à Bafoussam ou encore à Garoua. Il faut également noter que l’emprunt devait servir à financer des projets dans les domaines énergétiques et technologiques…

Lire aussi : CAN Cameroun 2019 : les chantiers qui seront financés par l’emprunt obligataire

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer