Politiques Publiques

En 2022, le postier public camerounais Campost a essuyé sa plus grosse perte (-4,5 milliards de Fcfa) en 4 ans

Les capitaux propres de l’entreprise à capitaux publics sont restés négatifs au cours de cette période malgré le contrat plan (2018-2021) paraphé avec l’Etat.

Au terme de l’exercice 2022, la Cameroon Postal Services(Campost) ; société à capitaux publics chargée de l’exécution des missions du service postal universel, de l’exploitation des réseaux et de la fourniture des prestations financières postales, a essuyé un résultat net négatif de 4,544 milliards de Fcfa. A l’observation des données compilées par la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic(CTR), ce chiffre représente la plus grosse perte enregistrée par cette entreprise depuis 2019(4 ans). La Campost est en effet, partie d’un résultat net négatif de -1,206 milliards de Fcfa en 2019 pour 9, 681 milliards en 2020 puis, 11,490 milliards en 2021.

Lire aussi : Au Cameroun, la Campost prépare la mise en service d’une banque en ligne

Aux rangs des facteurs qui entravent l’amélioration des performances de l’entreprise dirigée par Pierre Kaldadak depuis 2016, la CTR logée au ministère des Finances déplore que « la Division de l’audit interne, du contrôle de gestion et de la qualité (Daicgq) ne comporte qu’un seul auditeur sur trois tel que prévu par le texte organique de la Campost » de même que « la non mise en œuvre des dispositions de la loi n°2020/004 du 23 avril 2020, régissant l’activité postale au Cameroun ».

Lire aussi : Education de Base : plus de 7 000 écoles publiques vont loger leurs comptes à la Campost

Pourtant, dans son décret, le président de la République précise que ladite loi vise à promouvoir le développement harmonieux, équilibré et durable des réseaux et services postaux, en vue d’assurer la contribution du secteur postal au développement de l’économie nationale et de satisfaire les divers besoins des utilisateurs et de la population. De fait, l’article 19 stipule par exemple que « le titulaire d’une concession ou d’une licence est assujetti au paiement d’une redevance postale annuelle de 5% de son chiffre d’affaires hors taxes, dont 3% pour le développement du secteur postal et 2% affectés aux activités de régulation du secteur postal ». Cependant, « des textes particuliers fixent, en tant que de besoin, les modalités d’application de la présente loi », souligne le décret présidentiel.

Contrat Plan Etat/Campost

Il faut dire qu’après sa création le 23 avril 2004, la Campost fut dirigée dans un premier temps par firme canadienne Tecsult International Limited (2006-2008) puis, par l’entreprise française Sofrepost (2010-2016). Toutefois, les résultats enregistrés sur cette décennie n’ont pas satisfait aux attentes du Rapport d’audit stratégique de la Campost réalisé par le Cabinet Okalla Ahanda. C’est ainsi qu’en novembre 2018, le gouvernement à travers le ministère des Finances(Minfi) et le ministère des Postes et télécommunications(Minpostel)-respectivement tutelle technique et financière, ont signé le Contrat-plan Etat du Cameroun – Campost sur la période 2018-2021.

Lire aussi : E.paiement : la Campost et Yoomee S.A signent un partenariat pour le paiement des frais de douanes

A cet effet, le Minfi et le Minpostel ont injecté 18, 312 milliards contre 4, 464 milliards de F que devrait supporter le postier public. Les attentes de cette restructuration étaient entre autres : d’augmenter ses ressources propres, d’améliorer la qualité de ses produits et services, d’augmenter des parts de marché et accroitre le chiffre d’affaires. Sauf que, depuis 2019, les capitaux propres de la Campost sont restés négatifs. Tenez, d’après la CTR, l’entreprise affiche 90, 838 milliards de F(2019), – 79, 452 milliards (2020), – 67,674 milliards de Fcfa(2021) et -72, 783 milliards de Fcfa en 2022. Il en est de même du fond de roulement (somme dont dispose l’entreprise pour payer ses fournisseurs, ses employés, Ndlr) l’excédent brut d’exploitation (capacité d’une entreprise à générer des ressources de trésorerie du seul fait de son exploitation, Ndlr).

Lire aussi : Entités publiques : SRC et Campost championnes de la corruption en 2021

Néanmoins, relève la Commission présidée par Martial Valéry Zang, « les effets positifs de la mise en œuvre progressive des projets du contrat plan Etat/Campost seront perceptibles à partir de la fin de l’exercice 2023 pour lequel le compte de résultat prévisionnel projette un chiffre d’affaires prévisionnel de 6,476 milliards », lit-on. Celui-ci serait alors près du double du CA enregistré en 2022(3, 632 milliards) en hausse de 3,31% en glissement annuel, avec 80% des recettes générées par les produits de la messagerie et les produits financiers.

A LIRE AUSSI

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page