A la UneBanques et Finances

En juin 2019, les Etats de la Cemac ont mobilisé 203 milliards de FCFA sur le marché des titres publics de la Beac

Pour le seul mois de juin 2019, les Etats membres de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) ont levé des capitaux de 203 milliards FCFA sur le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), apprend-on des communiqués officiels de cet institut d’émission.

Selon le Bulletin monétaire de la Beac, le marché primaire des titres publics émis par adjudication a été plus dynamique en juin 2019 comparé au mois précédent. En nombre, 12 émissions de titres publics ont été enregistrées au cours du mois de juin. En valeur, ces émissions se sont élevées à 203 milliards de FCFA contre un volume de 141,1 milliards de FCFA en mai 2019, soit une progression d’environ 62 milliards de FCFA.

Sur la période sous revue, la répartition des émissions se présente comme ci-dessous : quatre émissions de bons du Trésor assimilables (BTA) de 13 semaines ont été effectuées pour un montant total de 62 milliards de FCFA, trois du Gabon d’un volume de 42 milliards de FCFA et une par le Cameroun d’un volume de 20 milliards de FCFA. Cinq émissions de BTA de 26 semaines d’une valeur globale de 88,1 milliards FCFA, dont quatre du Tchad d’un volume de 84,1 milliards de FCFA et une de la Centrafrique d’un volume de 4 milliards de FCFA. Trois émissions de BTA de 52 semaines d’un montant total de 52,8 milliards de FCFA, dont une émission du Congo d’un montant de 15 milliards ; une du Gabon d’un volume de 15 milliards et une (1) du Tchad d’un volume de 22,8 milliards.

Depuis 2010, année de son émission obligataire inaugurale sur le marché des capitaux, l’État camerounais a déjà mobilisé plus de 2 616,31 milliards FCFA à travers des BTA, des OTA ainsi qu’une émission d’Eurobonds. Ces fonds ont été consacrés pour 44,29% au secteur de l’eau et de l’énergie, tandis que les infrastructures routières et les ouvrages d’art ont grignoté 28,29% et que 13,46% ont été consacrés à la construction et la réhabilitation des infrastructures sportives.

Par ailleurs, l’on remarque que le gouvernement camerounais a toujours préféré le marché de la Beac par rapport au défunt marché financier local (Douala Stock Exchange), sur lequel il avait pu mobiliser 795 milliards de FCFA depuis 9 ans. Ce choix du gouvernement peut s’expliquer par la transition que vit ce marché financier, notamment la fusion avec la bourse régionale basée à Libreville, la capitale gabonaise. Lancé en 2011, le marché des titres publics régional, par adjudication, est dédié au financement de 6 pays membres de la Cemac à savoir  le Cameroun, la Centrafrique, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Tchad et le Congo.

Articles Liés