Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

En réponse aux préoccupations des enseignants, le Minfopra annonce avoir traité en urgence plus de 13 000 dossiers en 3 mois

C’est dans le cadre de l’Initiative à résultats rapides (Irr), lancée le 3 mars 2022, en réponse aux revendications des enseignants, dont l’une d’elles est la lenteur dans le traitement de leurs dossiers administratifs.

Publiée lundi 4 juillet 2022 à 19:50:53Modifiée lundi 4 juillet 2022 à 19:50:57Temps de lecture 3 minPar EcoMatin

Entre le 3 mars et le 14 juin 2022, le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), a reçu  pour traitement, 18 928 dossiers. Ces derniers provenaient du ministère des Enseignements supérieurs, et de celui chargé de l’Education de base. Tout au long de cette période, le principal gestionnaire des ressources humaines de l'Etat indique avoir traité 13 691 dossiers. Pour l’essentiel, il s’agit soit des actes signés par le Minfopra Joseph Le, ou ceux transmis dans les services du Premier ministre (Spm). Par ailleurs, 1778 dossiers sont en attente de retour d’authentification, 3114 dossiers ont été déclarés incomplets, et 345 dossiers seraient en cours de traitement.

Lire aussi : Fonction publique : les enseignants sacrifiés au nom de la soutenabilité de la masse salariale

L’instruction relative à la mise en œuvre de l’Irr est venue de la présidence de la République en mars 2022. A cette époque, les enseignants  étaient engagés dans un bras de fer avec le gouvernement pour l’amélioration de leurs conditions de travail. «Le Minfopra est instruit de traiter en urgence les dossiers d'intégration déjà recensés au Minfopra et de faire le point exhaustif sur les dossiers d'intégration des enseignants en instance au Ministère des Enseignements Secondaires (MINESEC) et au Ministère de l'Éducation de Base (Minedub)» peut-on lire dans une correspondance du Ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence de la République, adressée au Minfopra Joseph Le.

Lire aussi : Grève des enseignants : péril sur les recrutements dans les autres corps de la fonction publique

3 mois après, les résultats sont perceptibles. A en croire Joseph Le, la célérité observée dans le traitement des dossiers pourrait à terme, raccourcir les délais de mise à disposition du premier salaire de l’enseignant. Ces derniers passeraient de 2 ou 3 années et parfois plus, à 90 jours après la fin de leur formation. C’est du moins l’objectif que poursuit le Minfopra. Ce département ministériel est convaincu que la constitution tardive des dossiers administratifs est la cause des lenteurs observées dans l’aboutissement desdits dossiers. C’est pourquoi il «voudrait donc pouvoir compter sur la promptitude des autres administrations concernées, dans cette lutte contre la lenteur qui est engagée», a-t-il indiqué dans le magazine d’analyse du service public, parution de juin 2022.

Lire aussi : Fichier solde de l’Etat: près de 30 milliards à économiser à travers l’opération de radiation des salariés fraudeurs

Leonel Balla

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner