Politiques Publiques
A la Une

Enseignement supérieur: 250 milliards pour lancer la construction des universités de Bertoua, Ebolowa et Garoua

Jacques Fame Ndongo, le ministre de l’Enseignement supérieur a récemment révélé que le gouvernement est en train d’élaborer un montage financier qui va permettre de mobiliser cette somme d’argent.

Les nouvelles universités d’Etat créées dans les régions de l’Est, du Sud et du Nord vont officiellement ouvrir leurs portes lors de l’année académique 2022-2023. Le gouvernement, par le biais du ministère des Enseignements supérieurs met progressivement en place les commodités nécessaires à leur fonctionnement. On connaît déjà les recteurs qui auront la lourde tâche d’administrer ces différentes institutions. Ils ont été nommés le 03 juin 2022, par un décret du président de la République, Paul Biya. Conformément à cette décision, Remy Magloire Etoua, est désormais le recteur de l’université de Bertoua, dans la région de l’Est. Le tout premier recteur de l’université d’Ebolowa, région du Sud, est Jean Bosco Etoa Etoa. Boubakari Oumarou, prend quant à lui les rênes de l’université de Garoua, région du Nord.

Lire aussi : Enseignement supérieur : 10 ingénieurs agronomes de la Fasa sélectionnés pour la Chaire Pierre Castel

A la recherche de 250 milliards

D’après Jacques Fame Ndongo, le ministre de l’Enseignement supérieur, l’Etat est actuellement en train d’élaborer des stratagèmes qui à terme vont permettre de mobiliser de l’argent pour lancer la construction des infrastructures qui vont accueillir le personnel administratif et les étudiants. «La haute hiérarchie, le Chef de l’Etat, le premier ministre ont pris cette affaire à bras le corps. Nous avons déjà des études environnementales, géotechniques, géodésiques. Elles sont déjà terminées et validées. Maintenant on est sur un montage financier  qui va sans nul doute être validé dans les prochains jours, sinon dans les prochaines semaines. Après les constructions vont commencer», a-t-il déclaré. A en croire le membre du gouvernement,  les concertations menées en haut lieu ont permis de dégager de manière précise les besoins de financement nécessaires au lancement des travaux dans les trois universités. Ce dernier indique  qu’ils se situent à hauteur de 250 milliards de FCFA. «Pour les nouvelles infrastructures, il faudra prévoir des locaux. Nous allons le faire progressivement. Toutes les facultés et les grandes écoles ne vont pas démarrer en octobre. Il y en a  qui vont démarrer quand les locaux seront prêts, les enseignants, les finances et ainsi de suite. D’autres vont démarrer en 2023. Les choses se feront de manière rationnelle et méthodique. Je peux vous dire que pour les 3 nouvelles universités, le montage financier prévoit 250 milliards de FCFA. On va  trouver des modalités techniques qui permettront de pouvoir trouver ces fonds là», a-t-il ajouté. Comme indiqué supra, la stratégie financière n’est pas encore au point. Mais il s’agira certainement d’un nouvel emprunt qui se fera de manière échelonnée. Notons tout de même, qu’une précédente évaluation faite par les services techniques du Minesup avait pourtant estimé à 65 milliards de FCFA, le coût des travaux de construction de ces nouvelles universités. Les raisons de cet important décalage n’ont pas été détaillées par ledit ministère.

Lire aussi : Selon Jacques Fame Ndongo, 1380 entreprises ont été créés par les diplômés de l’enseignement supérieur en moins de 5 ans

Feuille de route

Tel qu’annoncé lors de la cérémonie de présentation et de validation des projets de maquette des futures universités d’État des villes d’Ebolowa, Garoua, Bertoua, le Minesup a décliné la feuille de route du projet. D’après lui, les premières infrastructures à construire sont : le rectorat, les blocs pédagogiques, les bureaux pour les enseignants, les laboratoires, les cités universitaires, les infrastructures sportives, les restaurants universitaires, les bibliothèques et les parcs solaires. Les blocs pédagogiques des trois universités seront disponibles dans les douze prochains mois, a-t-il indiqué. Tandis que l’ensemble des bâtiments sera livré dans 5 ans. Lors de la même cérémonie, Jacques Fame Ndongo a validé le marché de construction de deux blocs pédagogiques de 1000 places en cours de passation par la procédure de gré à gré pour un montant global des travaux évalués à 1,300 milliard FCFA.

Lire aussi : Enseignement supérieur : Google cloud lance sa certification au Cameroun à travers l’institut JFN-IT

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page