A la UneConjoncture

Enseignements secondaires : les manuels vont changer pour les classes de seconde et terminales

Marcelin Vounda Etoa, Secrétaire permanent de la Commission du livre et manuel scolaire, explique les innovations des manuels scolaires de la rentrée prochaine par rapport à l’année dernière.

Marcelin Vounda Etoa a expliqué aux antennes de la CRTV, les innovations des manuels scolaires pour l’année 2019-2020. Selon le Secrétaire permanent de la Commission du livre et manuel scolaire,  l’on note quelques modifications au niveau des livres au programme. « Pour le cycle secondaire, rien aussi n’a changé, à l’exception des manuels des classes de secondes, et d’un manuel de classe de terminale. Pour les classes de seconde, les manuels changent parce qu’ils doivent être rédigés selon les nouveaux programmes. Ces mises à jour tiennent compte des nouvelles approches pédagogiques, des nouvelles matières au programme comme le cinéma et la philosophie », a-t-il indiqué. Pour les cycles maternels et primaires, rien ne changera, ni le nombre de manuels, ni leurs prix. Les parents payeront exactement ce qu’ils ont payé l’année dernière, s’ils veulent acheter tous les livres à leurs enfants, apprend-on.


>> Lire aussi – Edition : Le livre scolaire camerounais enrichi les pays étrangers


A la question de savoir quelles sont les dispositions prises pour garantir la disponibilité des livres dès la rentrée prochaines au Cameroun, Marcelin Vounda Etoa a répondu que « la première chose qu’il faut retenir, c’est que les livres sont à presque 99% tous reconduits sur les listes officielles. Cela signifie que les éditeurs étaient informés pratiquement plus d’un an en avance, de ce que les livres seront reconduits, et qu’ils ont pris des dispositions conséquentes. Que les diffuseurs, les libraires, ont encore les stocks résiduels, et qu’ils ont fait des réassorts, c’est-à-dire les réapprovisionnements nécessaires pour satisfaire le marché ».

D’autre part, le Secrétaire permanent de la Commission du livre et manuel scolaire pense que pour éviter la rareté des ouvrages cette année, il est primordial d’éviter que le cauchemar de l’année dernière ne se répète. « Les livres se sont faits rares l’année dernière pour deux raisons. La première, c’est la surface financière des éditeurs camerounais, qui pour quelques-uns, n’était pas assez large pour leur permettre de produire en grande quantité. La deuxième raison c’est que, la plupart, sinon tous les éditeurs étrangers n’avaient pas jusqu’à l’obligation de rapatrier les livres qu’ils imprimaient sur le marché camerounais. La contrainte qui s’imposait donc aux éditeurs et aux libraires, est qu’ils devaient, eux (éditeurs et libraires) importer les livres de la France avec des conditions d’importation qu’ils ne pouvaient pas satisfaire. Le gouvernement a pris une décision qui permet que les livres qui sont édités par des éditeurs étrangers soient sous leur responsabilité jusqu’à ce qu’ils atteignent le marché camerounais », a-t-dit.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!