A la UnePolitiques Publiques

Entreprises et établissements publics : voici les directeurs généraux les mieux payés au Cameroun

Les arrêtés portant classification des entreprises et établissements publics camerounais permettent de voir clair sur le traitement salarial des patrons de Sonara, SNH, Camtel, Sodecoton, Alucam ou encore Cnps et Feicom.

11 mois après la signature des décrets du président de la République fixant les catégories d’établis­sements et d’entreprises publiques, la rémunération, les indemnités et les avan­tages de leurs dirigeants, l’on est désormais fixé sur le traitement mensuel de ceux-ci. En effet, le 4 mai 2020, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze a signé deux arrêtés qui classifient en cinq catégories les 35 en­treprises d’une part et les 74 établissements publics d’autre part répertoriés au Cameroun. Au-delà d’une simple catégorisation, les textes du Minfi permettent d’harmoniser les revenus mensuels des mandataires sociaux (DG, DGA, PCA) sur la base du chiffre d’af­faires ou du budget réalisé lors des trois derniers exer­cices fiscaux.

>> LIRE AUSSI- Entreprises publiques : le dilemme des DG/DGA et PCA

Ainsi donc, la Société nationale de raffinage (Sonara), la Société de développement du coton (Sodecoton), Cameroon Te l e c o m m u n i c a t i o n s (Camtel), Aluminium du Cameroun (Alucam) et la Société nationale des hydrocarbures (SNH) sont les entreprises ayant réalisé les meilleurs chiffres d’af­faires ; tandis que la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) et le Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercom­munale (Feicom) sont le premiers des établisse­ments publics en terme de budget annuel.

Pour les deux entités, le chiffre d’affaires ou budget moyen est supérieur à 100 milliards de FCFA. Ce qui les classe dans la première catégorie. Les directeurs généraux de ces entités de­viennent de fait les mieux payés de tous. Il s’agit plus précisément de Claude Simo Njonou (Sonara), Mohamadou Bayero (So­decoton), Judith Yah Sun­day épse Achidi (Camtel), Alain Malong (Alucam), Adolphe Moudiki (SNH), Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo (Cnps) et Philippe Camille Akoa (Feicom).

Salaires et avantages

Leur salaire de base est fixé à 0,006% (entreprises publics) et à 0,003 % (éta­blissements publics) de la borne inférieure de ladite catégorie. Calculette en main, ils devraient avoir des salaires de base res­pectifs 3 et 6 millions de FCFA. En y ajoutant les éléments de salaire dont al­locations en carburant, eau/ électricité, domestiques, téléphones, indemnités de logement, de responsabi­lité de représentation et des hôtels particuliers, cela fait un montant mensuel global de 13 557 143 FCFA pour les DG d’entreprises, et 7 028 571 FCFA pour les DG d’établissements publics.

>>LIRE AUSSI- Que peuvent faire les entreprises publiques pour devenir compétitives et rentables au sens de l’article 2 du décret du 19 juin 2019 ?

A côté, ces dirigeants bé­néficient également des avantages tels qu’un véhi­cule de fonction, des gar­diens de jour et de nuit, la prise en charge médicale et d’équipements, des frais de missions et les primes de fin de mandat, entre autres. Les directeurs généraux adjoints (DGA) et les prési­dents des conseils d’admi­nistration (PCA) ont éga­lement vu leur traitement mensuel s’harmoniser. Restant dans la première catégorie, la rémunération et les indemnités pour les DGA sont fixées à 10 964 286 FCFA (entreprises pu­bliques) et 5 857 143 FCFA (établissements publics). Les PCA dans cette catégo­rie perçoivent respective­ment 3 205 000 FCFA et 2 166 6667 de FCFA.

Les mandataires sociaux à la tête des catégories infé­rieures bénéficient quant à eux des traitements propor­tionnels au chiffre d’affaire ou du budget réalisé lors des trois derniers exercices fiscaux.

>>LIRE AUSSI-Précisions sur les notions de compétitivité et de rentabilité attendues des entreprises publiques, et la notion de performance attendue des établissements publics.

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer