Banques et FinanceA la Une

Épargne domestique : l’offensive des gestionnaires d’actifs dans la Cemac

Dans la Cemac, l’investissement sur les actifs financiers en monnaie locale suscite de plus en plus l’engouement du public. Pour les accompagner sur ce terrain encore peu connu, les Sociétés de gestion de portefeuille créent des fonds de placement collectifs. Ces instruments font florès avec des offres de rendements qui frôlent parfois un taux annuel juteux de 7%. Immersion dans l’univers des pionniers de la gestion d’actifs dans la Cemac.

Plus un mois ne passe sans que l’annonce d’un nouvel agrément accordé à un instrument de placement financier ne soit publiée dans la presse locale. L’actualité du genre date du 08 août dernier, la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale(Cosumaf) avait alors donné son feu vert à ESS Asset Management pour lancer «FCP ESS PROMO PME», « ESS TRESO PRIVILEGE » et « ESS CONFORT » comme organismes de placements collectifs en valeurs mobilières(OPCVM). Pilotés par Christian Din Dika ces instruments permettent aux investisseurs de dégager des plus-values sur leurs patrimoines financiers à des taux annuels allant de 5% à 6%. Un mois plus tôt, c’est Élite Capital Asset Management, basée à Yaoundé, qui recevait l’agrément pour « FCP Elite Capital Record » et « FCP Elite Capital Invest » deux fonds collectifs pour des placements sur les obligations publiques et privées émises dans la Cemac.

Lire aussi : Emrald Securities Services crée une filiale dédiée à la gestion d’actifs dans la CEMAC

Ces termes sont peut-être nouveaux pour ceux des clients qui n’étaient habitués qu’aux placements classiques des banques à savoir les bons de caisse, les dépôts à terme… Aujourd’hui, l’industrie financière a développé ces alternatives pour capter au maximum les ressources nécessaires au financement de la production.

Les pionniers

Concrètement, la gestion de portefeuille (ou gestion d’actifs financiers) consiste à piloter des capitaux ou des fonds afin de dégager un revenu et d’enregistrer des plus-values sur la durée. Cet exercice peut se faire en gestion individuelle ou collective. Plus le rendement du portefeuille est élevé et plus les actifs sont risqués. Les gestionnaires répartissent donc les investissements entre différentes catégories d’actifs afin d’optimiser le profil risque/rendement d’un portefeuille. Dans la Cemac, les principaux produits d’investissement sont les actions, des titres monétaires (Bons du Trésor Assimilables ; Obligations du Trésor Assimilables) et titres émis sur le marché boursier c’est-à-dire des titres émis par une syndication de banques. Sur les 9 sociétés de gestion agrées dans la Cemac, 8 sont implantées au Cameroun. Il s’agit notamment de Harvest Asset Management, Asca Asset Management(pionnier du marché), EDC Asset Management, Africa Bright Asset Management, Elite Capital Asset Management ; Ess AM, L’Archer capital Asset Management, Enko Capital Central Africa. « Le Cameroun est le pilier de l’activité économique en zone CEMAC ; d’où la prépondérance de cette activité ici » commente Eugène Cissé Kouah, DG de Asca AM et Vice-Président de l’association des sociétés de gestion de portefeuille dans la Cemac. Pour la plupart, ces sociétés sont ses filiales de banques commerciales et d’affaires. Elles sont tenues de distinguer la gestion qu’elles effectuent pour leur propre compte et celles réalisées pour des tiers.

Un marché prometteur

Au 31 décembre 2021 l’encours des actifs sous gestion était établi à 400 milliards de FCFA. Ce chiffre devrait considérablement croître cette année vu l’arrivée de plusieurs acteurs. La croissance de cet écosystème accompagne celle de l’industrie de l’investissement. Avec le recours quasi systématique des Etats de la Cemac aux obligations en monnaie locale, le marché est devenu une source rentable d’investissement pour le public. Pour attirer le plus grand nombre, les SGP font des campagnes de communication sur les médias sociaux avec la diversification des produits et les taux de rendements comme principaux arguments. L’activité qui n’est qu’à ses débuts a encore de beaux jours devant elle avec la pluralité d’instruments qui seront désormais agrées dont les OPCI et autres actifs. Une aubaine qui appelle sans doute ces acteurs à se réinventer au quotidien.

Lire aussi : FCP Harvest Actions, premier fonds commun de placement en Cemac

Lire aussi : Le gestionnaire d’actifs Africa Bright Asset Management lance son 3e fonds commun de placement dans la Cemac

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page