Conjoncture

Fibre optique : Encore 3 000 km à déployer pour relier le Cameroun au Brésil

C’est le linéaire de câbles de fibre optique qui reste à installer dans le cadre du projet South atlantic inter link d’ici la fin du mois d’août, afin qu’il soit opérationnel en septembre, si les tests sont satisfaisants.

Le projet South african inter link (SAIL) semble rouler comme sur des rails. C’est du moins ce qu’indique un communiqué rendu public récemment par la Cameroon télécommunications (CAMTEL). L’entreprise, qui gère l’infrastructure de télécommunications à haut débit au Cameroun, annonce en effet qu’il ne reste plus qu’à installer la moitié des 6 000 kilomètres de linéaire prévu pour l’infrastructure. Bien plus encore, le système de câble sous-marin de fibre optique, installé par Huawei marine network, et qui va relier le Cameroun au Brésil devrait être prêt d’ici la fin du mois d’août 2018, et son entrée en service est annoncée pour septembre prochain.

Selon David Nkoto Emane, directeur général de CAMTEL, « l’expertise technique et technologique mobilisée dans le cadre de la construction de cette infrastructure de télécommunications, nous permettra de bénéficier d’un ouvrage à hautes performances et dans les délais requis ». Le top management de l’entreprise se satisfait aussi du niveau d’avancement des travaux de construction du point d’atterrissement à Kribi qui va servir à l’exploitation, au contrôle et au monitoring du SAIL. Les chantiers d’installation des répéteurs, des équaliseurs et des différentes unités de branchement se poursuivant de manière encourageante. Les travaux de la Landing station sont ainsi effectués à un peu plus de 50%, indiquent les responsables de l’entreprise. Les gros œuvres, la fondation, l’élévation et le cloisonnement sont pratiquement achevés.

Tests entre Fortaleza et Kribi

En mi-juillet, l’on annonçait l’arrivée du matériel de finition afin d’achever les travaux en septembre. Pour l’heure, on attend le démarrage, le 15 août 2018, des tests entre Fortaleza et Kribi. Il s’agira notamment de tester le matériel au sol pour s’assurer que la tension est bonne, que la fibre optique n’est pas coupée et que le trafic est fluide. Troisième système sous-marin de fibre optique auquel le Cameroun sera connecté, après le SAT3/WASC/SAFE et le NCSCS (Nigérian-Cameroon submarine câble system), le SAIL est déployé en collaboration avec la China United télécommunications corporation (Chine Unicom). Tout en offrant au Cameroun une capacité de 32Tbps, il permettra au continent africain d’être connecté au continent sud-américain par l’Océan atlantique avec pour objectif prioritaire de renforcer la connectivité et de réduire le caractère latent du réseau.

Pae EcoMAtin

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!