Filières

Filière anacarde : le Minresi distribue plus 1,5 million de plants dans le grand Nord

Ce matériel végétal a été remis aux agriculteurs dans le cadre de sa tournée dans la région de l’Adamaoua. Un programme qui rentre dans le cadre des objectifs du gouvernement visant à développer la filière anacarde au Cameroun.

Le programme de développement de la filière anacarde rentre petit à petit dans sa phase de déploiement. En effet, la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Madeleine Tchuente, vient de lancer la phase de distribution de 1,5 million de plants d’anacardier aux agriculteurs des régions du septentrion et de l’Est. C’était dans le cadre de sa tournée dans la région de l’Adamaoua.


>> Lire aussi – Filière anacarde: 500 000 plants à mettre à la disposition des producteurs


L’anacarde étant une culture de rente dans plusieurs pays d’Afrique, dont la Côte d’Ivoire où elle représente la deuxième culture porteuse pour son PIB après le cacao, la ministre Madeleine Tchuente pense que le Cameroun s’approprie cette culture, elle sera porteuse à la fois sur le plan agricole et socio-économique. En effet, selon les estimations du Programme d’appui au développement rural (PADER), la production annuelle de l’anacarde au Cameroun tourne autour de 108 tonnes, alors que les espaces où il peut être cultivé sont estimés à des millions d’hectares.

Le potentiel du marché est également vaste. Les projections de vente des dérivés de l’anacarde comme les amendes de cajou se chiffrent au minimum à 200 tonnes par an. L’on estime que la production de 10 000 tonnes d’anacarde par an devrait générer un chiffre d’affaires annuel de 5,5 milliards FCFA dans le segment de la production. La stratégie nationale de développement de la filière, récemment adoptée, prévoit pour sa part la création de près de 150 000 emplois.


>> Lire aussi – Compétitivité : le Cameroun intègre le Conseil international consultatif du cajou


La suite de la distribution sera assurée par l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD). L’organisation entend développer un programme qui, à terme, devrait mettre à la disposition des producteurs quelque 10 millions de plants. Par ailleurs, hormis ces plants d’anacardiers, 700 000 autres plants d’acacias du Sénégal seront distribués aux organisations paysannes de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!