Business et EntreprisesA la Une

Filière aquacole : Hausse de 66% de la production nationale en 2 ans

Elle est passée de 9100 tonnes en 2020 à près de 15 000 tonnes en 2022, grâce à de nouveaux investissements dans la filière impulsés par le gouvernement.

La production aquacole nationale se chiffre actuellement à près de 15 000 tonnes, soit 6000 tonnes de plus qu’en 2020. En deux ans, cette production a connu une hausse de 66% en valeur relative, à en croire Divine Ngala Tombuh, sous-directeur de l’aquaculture au ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, lors d’un entretien accordé au poste national de la Cameroon radio television (Crtv) le mardi 6 septembre. Cette légère amélioration résulte de nouveaux investissements enregistrés dans la filière, grâce à une politique gouvernementale d’accompagnement des investisseurs, pilotée par un comité interministériel logé au ministère de l’Elevage, des Pêches et des industries animales. Cette performance devrait aller croissant au fil des années, avec un grand bond quantitatif espéré dès l’année 2023, grâce aux résultats des actions en cours visant à booster la production aquacole nationale.

Le gouvernement a en effet sélectionné, au travers d’un Avis de sollicitation à manifestation d’intérêt, 150 investisseurs pré-qualifiés qu’il accompagne dans le développement de l’aquaculture. Parmi eux, 50 bénéficient déjà des facilités dans ce sens. « Ces producteurs travaillent sur fonds propres. Ils n’ont pas été financés ou subventionnés. Il est question de les encourager dans ce qu’ils font. Notre accompagnement réside dans la sensibilisation des différentes autorités administratives, et les communes pour la mise à disposition des terres, afin que les producteurs puissent investir ; l’octroi des différentes autorisations nécessaires pour créer une ferme, et la mise en application de la loi de Finances. Depuis 2021, le chef de l’Etat a voulu que certains équipements et intrants aquacoles soient exonérés de TVA et de douane. Il faut surtout s’assurer de la mise en œuvre », étaye Divine Ngala Tombut, qui officie par ailleurs comme coordonnateur du secrétariat technique du comité interministériel relatif à l’accompagnement des investisseurs de la filière aquacole.

Les investisseurs s’attèlent depuis peu à l’importation des chaines de production pour les alevins, notamment des géniteurs d’alevins sous forme larvaire ; à l’importation des chaines de production d’aliments afin d’en produire localement car, l’aliment est essentiellement importé. Et avec l’installation de ces chaines de production, on enregistrera un véritable bond dans la production aquacole, et la production de l’aliment sera également assurée. Il faut préciser que les perspectives de la filière aquacole nationale sont au centre de la 2e session des travaux du comité interministériel relatif à l’accompagnement des investisseurs de la filière aquacole, ouverte le mardi 6 septembre 2022 à Yaoundé. Cette rencontre consiste à faire une évaluation des travaux de la dernière session tenue en juin 2021, analyser les avancées et lever les goulots d’étranglement qui plombent l’activité.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page