Business et Entreprises

Filière oléagineux : le milliardaire Nana Bouba créée une nouvelle société

L’entreprise dénommée Société de transformation des oléagineux du Cameroun (Stoc S.A.S), vient de voir le jour dans la région de l’Adamaoua avec un capital social de 10 millions de Fcfa.

Le Cameroun s’enrichit d’une nouvelle société spécialisée dans la transformation des oléagineux. Selon une annonce légale publiée le 20 septembre 2023, l’on apprend que l’entreprise dénommée ‘‘Société de transformation des oléagineux du Cameroun’’ en abrégé Stoc S.A.S appartenant à Mohamadou Nana Bouba, patron de Nana Bouba Group vient de voir le jour.

Lire aussi : Novia Industries (Hayssam El Jammal) porte son capital à 10 milliards de FCFA

Selon les informations fournies par l’annonce légale, Stoc S.A.S est une société par action simplifiée pluripersonnelle disposant d’un capital social de 10 millions de Fcfa. Son siège social se trouve à Ngaoundéré-quartier Bali, lieudit immeuble Express union-carrefour Koweït, face Grand marché. Elle a pour activités : la production agricole, collecte et stockage des oléagineux, transformation des oléagineux et des produits dérivés ; participation directe ou indirecte à toutes activités ou opérations industrielles, commerciales, financières, mobilières ou immobilières, sous quelque forme que ce soit, dès lors que ces activités ou opérations peuvent se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou à des objets similaires, connexes ou complémentaires ; et toutes opérations économiques entrant dans l’objet social ou susceptibles d’en favoriser son extension ou son développement.

Lire aussi : Importations d’huile de palme: le Cameroun s’achemine vers un nouveau record en 2023, après des achats de 150 000 T à fin juin

Stoc S.A.S, vient rejoindre un secteur animé par plusieurs acteurs. Sur le pan de la transformation et la production on a notamment Oléo, Mayor, Diamaor, etc. Sur le pan de la production on peut citer entre autres Socapalm, Safacam…

Sa venue dans ce segment d’activités pourrait avoir plusieurs avantages. On peut citer notamment infléchir la courbe de la dépendance aux importations. En effet, le pays s’est toujours tourné vers les importations pour satisfaire sa demande locale. En guise d’exemple pour l’exercice 2022, ce sont environ d’environ 150 000 tonnes d’huile de palme brute qui ont été importés. Les importations viennent en renfort à la production locale qui est faible et peine à satisfaire à la fois la demande des ménages consommant de l’huile brute, et celle des industries de plus en plus nombreuses, qui transforment cette huile brute en huile raffinée et en savons de ménage et de toilette. Celle-ci oscille entre 350 000 et 400 000 tonnes chaque année.

Lire aussi : Huile de palme: malgré la pénurie, les producteurs camerounais préfèrent exporter vers le Nigéria

De plus avec cette nouvelle entreprise, l’homme d’affaires Mohamadou Nana Bouba, va davantage renforcer sa présence sur le marché camerounais. Déjà actif sur le marché des oléagineux, ce dernier dispose d’une palmeraie avec la société Greenfield. Il est aussi présent sur le pan de la transformation avec deux unités de raffinage d’huile, et celui de la production avec le savon de ménage.

A LIRE AUSSI

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page