Chargement des breaking news...
Echos des régions

Filière porcine : vers la levée des mesures de restriction à l’Ouest

Selon les affirmations du président de l’interprofession porcine de l’Ouest, des prélèvements pour analyses sont en cours dans les fermes porcines pour des analyses avant l’imminente autorisation de commercialisation de porcs et de circulation des sous-produits des fermes porcines par l’autorité administrative de céans.

Publiée mercredi 1 septembre 2021 à 17:35:06Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 10:42:57Temps de lecture 4 minPar EcoMatin

Vers la reprise de la commercialisation

Roger Kuété, éleveur de porcs, installé à Kamkop dans l’arrondissement de la Mifi, dit avoir perdu son cheptel constitué d’une vingtaine d’animaux, prêts à la commercialisation. Ces bêtes qu’il a élevées depuis près d’un an étaient destinées à la préparation de la rentrée scolaire de sa progéniture. Un système de préparation qu’il a adopté depuis des années. Il consiste à engager l’élevage au mois de novembre de chaque année. Des produits qu’il mettra sur le marché à la veille de la rentrée scolaire pour un retour à l’école sans stress. Malheureusement, les choses ne seront pas faciles pour sa famille du fait de la perde de ses animaux, quelques jours seulement après la déclaration de la peste porcine africaine dans la région de l’Ouest. la situation est devenue plus complexe après la décision du gouverneur de la région de l’Ouest portant fermeture de manière temporaire des marchés de commercialisation des porcs et des sous-produits porcins sur l’ensemble de son territoire de commandement.

Lire aussi : Filière porcine : le gouvernement va importer 300 porcs géniteurs pour booster la filière

Dans la ville de Bafoussam, les points de braise sont majoritairement fermés à cause des contraintes de mise en application de cette décision régionale. Leonel Konlack, propriétaire d’un point de braise de porcs au lieu-dit « Entrée domicile Tankou », a fermé boutique quelques jours après l’arrêté régional signé du 16 juillet dernier par Augustine Awa Fonka, gouverneur de la région de l’Ouest. « La décision du gouverneur interdisant la commercialisation du porc et des sous-produits porcins a été rendue public au moment où j’avais encore des stocks de marchandises à domicile. J’ai essayé de continuer mon activité mais chaque soir, mes employés recevaient la visite des forces de maintien de l’Ouest, venues nous contraindre à respecter la mesure du gouverneur. J’ai été obligé de rentrer au quartier. Mes enfants avec qui je travaille sont au chômage. Ils ont des familles à nourrir. Nous prions pour que les choses reviennent à la normale dans les prochains jours », nourrit-t-il.

Des rencontres de sensibilisation

Une nouvelle épizootie de peste porcine africaine (Ppa) qui a été signalée dans plusieurs régions du Cameroun ne cesse de menacer le cheptel porcin depuis le début du mois de juillet 2021. Cette peste a ainsi contraint le gouverneur de la région de l’Ouest à fermer de manière temporaire les marchés de commercialisation des porcs et de circulation des sous-produits porcins sur l’ensemble de son unité administrative. Des déclarations de Bernard Souop Nguetchouessi, président de l’interprofession porcine de l’Ouest, des rencontres avec le délégué régional de l’élevage, des pêches et de l’industrie animale, regroupent les éleveurs, les transporteurs, les commerçants, les braiseurs et les bouchers depuis cet arrêté régional datant du 16 juillet dernier, ont permis de sensibiliser tous les acteurs de la chaine aux mesures à prendre dans le but d’éviter la propagation de la peste dans un grand nombre de fermes. A cet effet, ils ont été invités à détruire des stocks conservés dans les domiciles et à dépeupler les fermes affectées ou non. Car, seuls le porc et les sous-produits des fermes porcines peuvent faire circuler la Ppa. Pour lui, c’est en respectant ces deux principales mesures qu’on pourra stopper la propagation de la peste aux conséquences économiques énormes.

Des prélèvements pour analyses exigés

Une enquête épidémiologique préalable à travers l’analyse de laboratoire est en cours afin de déterminer le statut des fermes par rapport à la Ppa. Les services vétérinaires de l’Ouest en collaboration avec l’interprofession porcine réalisent actuellement le diagnostic différentiel avec le rouget et les salmonelloses. Cette activité est préparatoire à la relance des activités de la filière porcine dans la région de l’Ouest au moment de la levée imminente des mesures de restriction de commercialisation et de circulation des porcs et des sous-produits des fermes porcines, si l’accalmie et la discipline actuelles prévalent au sein de tous les acteurs à savoir les éleveurs, les transporteurs, les commerçants...

Armel Djiogue

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner