A la UneBanques et Finances

Finances : Attijari Securities et Wafa monopolisent le marché des titres de Beac

Au 30 juin 2018, ces deux investisseurs non bancaires figurent sur la liste des pourvoyeurs de fonds sur le marché des titres de la Banque des Etats de l’Afrique centrale.

Deux opérateurs marocains dominent le compartiment des pourvoyeurs de fonds dans le marché des titres de la Banque centrale (BEAC). Il s’agit d’Attijari Securities Central Africa (ASCA), un gestionnaire d’actifs financiers créé en février 2016 au Cameroun par le groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank, avec compétence sur toute l’Afrique centrale. A fin juin 2018, ASCA avait officiellement effectué des placements pour 920 millions de FCFA sur le marché des titres publics de la BEAC.

Après le lancement de ses activités au Cameroun en juin 2016, avec une présence uniquement dans la ville de Douala, la capitale économique du pays, la filiale locale de l’assureur marocain Wafa Assurances Vie a opéré un maillage du territoire camerounais au cours de l’année 2017.

Déjà en 2017, dans le syndicat de placement de son nouvel emprunt obligataire d’une maturité de 5 ans, et d’un montant de 100 milliards de FCFA, assorti d’un taux d’intérêt de 6,5%, l’Etat gabonais a jeté son dévolu sur Attijari Securities Central Africa (Asca). Cette entreprise de gestion d’actifs financiers, créée au Cameroun en février 2016 par le groupe bancaire marocain Attijariwafa, avait aidé à la mobilisation des financements sollicités par le gouvernement gabonais, aux côtés d’autres institutions financières telles que BGFI Bank, BGFI Bourse, UBA Gabon, UGB ouencore BICIG. Les souscriptions pour cet appel public à l’épargne, lancé par l’Etat gabonais sur le marché financier de l’Afrique centrale (Bvmac), basé à Libreville, la capitale gabonaise, se sont déroulées du 17 au 30 novembre 2017.

Wafa Assurances Vie Cameroun

Le 2ème investisseur non bancaire actif sur ce marché est Wafa assurances vie Cameroun, la filiale locale de la branche assurance du groupe Attijariwafa Bank. Au 30 juin 2018, cette compagnie, qui commercialise des produits d’assurance vie à travers le réseau de la Société commerciale de banque Cameroun (SCB Cameroun), filiale bancaire d’Attijariwafa, y a officiellement placé 43 millions de FCFA. Après le lancement de ses activités au Cameroun en juin 2016, avec une présence uniquement dans la ville de Douala, la capitale économique du pays, la filiale locale de l’assureur marocain Wafa Assurances Vie a opéré un maillage du territoire camerounais au cours de l’année 2017.

«L’année 2018 sera celle de la confirmation, avec l’augmentation du taux d’équipement des clients SCB Cameroun en termes de produits d’épargne et de prévoyance», avait expliqué un responsable de cette compagnie d’assurance. C’était le 6 mars 2018 à Douala, à l’occasion de la cérémonie de remise des prix à 30 lauréats (virement de 200 000 Fcfa pour chacun) de la tombola «Plan Education», un produit de bancassurance permettant au client de constituer progressivement, une économie de fonds pour les études d’un enfant bénéficiaire. «Plan Education» est l’un des produits distribués par Wafa Assurances Vie Cameroun. Cette distribution, apprend-on, se fait essentiellement à travers le réseau (56 agences) de  SCB Cameroun.


>> Lire aussi – Qui contrôle le marché des assurances au Cameroun ?


C’est au cours d’une session ordinaire tenue à Yaoundé, du 28 mars au 6 avril 2016, que le Comité des experts de la Conférence inter-africaine des marchés d’assurances (CIMA), le régulateur du secteur des assurances en Afrique centrale et de l’Ouest, a entériné les avis favorables, déjà délivrés à Wafa Assurances Vie Cameroun par le ministère des Finances et  la Commission régionale de contrôle des assurances de la CIMA. Outre le Cameroun, cette compagnie d’assurances marocaine est également présente au Sénégal et en Tunisie, où les filiales bancaires de sa maison mère, Attijariwafa Bank, lui ont déjà servi de rampes de lancement dans le domaine de la bancassurance.


>> Lire aussi – Inclusion financière : pourquoi les Camerounais évitent les banques et les assurances


Sur le marché de la Cemac, révèle un récent rapport de la BEAC, les banques agréées comme spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) totalisent 89,5 % des financements mobilisés par les Etats, contre 10,4 % pour les établissements de crédit non agréés comme SVT, et seulement 0,1 % pour les investisseurs non bancaires.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!