A la UnePolitiques Publiques

Numérisation : un atout pour l’élargissement de l’assiette fiscale

C’est la principale question au menu de la 34ème conférence internationale du Cercle de Réflexion et d’Echanges des dirigeants des administrations fiscales (CREDAF) qui s’achève le 13 juin.

Réunis autour du ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motaze, les membres du Cercle de Réflexion et d’Echanges des Dirigeants des Administrations Fiscales (CREDAF) tiennent depuis le 10 juin dernier, leur traditionnelle conférence annuelle. Pour cette 34ème édition, Il s’agit d’une série de réflexions et d’échanges d’expériences entre les responsables des administrations fiscales des pays membres, sur le thème « Le numérique au service de l’élargissement de l’assiette fiscale ».

En effet, selon le ministre, « Le numérique offre à nos administrations fiscales d’importantes opportunités d’amélioration des modes de gestion de l’impôt, sans laquelle aucun élargissement n’est durable ». Raison pour laquelle, il est donc question pour le Cameroun de s’y arriver à tous les niveaux, afin de mieux mobiliser et sécuriser ses recettes fiscales.


>> Lire aussi – Ressources fiscales: bientôt une gestion en ligne des contentieux


Entre autres moyens d’optimisation des recettes fiscales via le numérique, Jean Marc Niel, Secrétaire général du Credaf, a indiqué que l’on peut y parvenir à travers plusieurs axes, notamment « l’identification des contribuables, la mise en place d’un fichier complet et exhaustif pour tous les gens qui sont assujettis à la bourse (soit des particuliers ou des professionnels) ». Un autre axe est la facilitation des obligations fiscales pour les contribuables : « Il est évident que plus vous permettez aux contribuables de s’acquitter facilement de leurs obligations, plus vous contribuez à élargir l’assiette, et plus vous faites rentrer dans le système fiscal, des contribuables qui n’y sont pas peut-être pour des raisons de facilité », a-t-il réitéré. Par ailleurs, le Credaf rappelle que la conférence n’a pas la prétention durant ces quatre jours « de travailler sur la création de nouveaux impôts. Mais plutôt de transformer les méthodes de travail », pour maitriser les risques les plus couramment rencontrés dans les administrations financières.

Le Credaf étant une association où chacun des membres apporte le fruit de ses travaux et réflexions, il s’agit aussi, pour les responsables des administrations fiscales des pays membres, hormis le partage des expériences positives tel que cela a été à l’ouverture de la conférence lundi dernier, de faire état de leurs difficultés dans ce processus devant leurs collègues, « pour éviter que ces mêmes difficultés et erreurs rencontrées dans certains pays soient reproduites dans d’autres pays ».


>> Lire aussi – Promote 2019: le directeur général des impôts présente les innovations fiscales de 2019


L’arrimage de l’administration fiscale au numérique a déjà permis au Cameroun de mobiliser plus de recettes, mais beaucoup reste encore à faire d’après le ministre des Finances. Ce mercredi, 12 mai 2019, il est question de poursuivre les travaux en ateliers avec des présentations de réalisations concrètes, puis de d’effectuer une visite au sein de la Direction des grandes entreprises ou du Centre des impôts des moyennes entreprises de Yaoundé-Est. La clôture de la conférence est prévue pour ce jeudi 13 mai avec la restitution des travaux et quelques activités socio-culturelles selon le programme.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!