A la UneConjoncture

Finances : vers une bourse compétitive en Afrique centrale

Le directeur général par intérim de la bourse unifiée de la Cemac, Jean-Claude Ngbwa, souhaite que les acteurs économiques de la zone Cemac trouvent en ce nouvel outil, un meilleur partenaire pour le financement de leurs activités économiques.

« On va véritablement aujourd’hui vers une bourse compétitive, qui a pour ambition d’être comme ces bourses que nous voyons à travers l’Afrique, notamment en Afrique de l’Ouest ». Propos de Jean Claude Ngbwa, directeur général par intérim de la bourse unifiée de la Cemac, lors d’une interview accordée récemment à la presse. « Nous voulons faire en sorte que la zone Afrique centrale puisse désormais avoir une bourse des valeurs digne de ce nom. Nous devons avancer pour que nos populations puissent définitivement avoir recours à un nouveau mode de financement qui permet qu’un émetteur puisse trouver rapidement un investisseur et financer ses investissements. C’est ce qui est souhaité, surtout en ce moment où nous avons quelques difficultés sur le plan international, concernant la gestion de la monnaie », a-t-il confié.

 Selon Jean Claude Ngbwa, l’impact de cet instrument doit renforcer  l’intégration sous régionale. Il va permettre le développement de toute la région en accompagnant les Etats et les acteurs économiques à trouver de nouvelles sources de financement. Il ne s’agira plus d’une bourse nationale (Douala Stock Exchange) comme par le passé basée au Cameroun. Et une bourse région la qui avait des difficultés à pouvoir agir sur l’ensemble de la zone Cemac. « Il y a une unité totale qui existe maintenant, avec une intégration totale des marchés. Le changement est donc total. Le capital, c’est la fusion des deux volontés. Nous avons le capital de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac) et celui de Dsx qui ont fusionné pour arriver à un capital nouveau. On a renforcé le capital ce qui permet d’avoir les possibilités de renforcer les moyens d’action », a précisé le directeur par intérim.

Pour rappel, c’est lors de sa session extraordinaire du 31 octobre 2017 que la Conférence des chefs d’État de la Cemac a scellé l’unification des marchés financiers de la Cemac. Elle a décidé que le siège de la Cosumaf, autorité unique de régulation, sera basé à Libreville (Gabon) et celui de la bourse régionale des valeurs mobilières à Douala (Cameroun). La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) joue le rôle de dépositaire central des titres, à titre transitoire.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!