CHAN 2020
A la Une

Florent Ibenge : « On va continuer à peaufiner un tout petit peu les automatismes. »

Le sélectionneur de la RDC fait l'analyse du match gagné sur la petite des marges face au Congo.

Quelle analyse faites-vous du match ?

Il nous manque un peu de cohésion. On a commencé le match avec une idée de jeu mais ça ne fonctionnait pas parce qu’on s’est buté sur une organisation qu’on n’avait pas maitrisé. L’équipe adverse est venue avec un 4-4-2, il fallait qu’on soit supérieurs au milieu de terrain mais au contraire, celui qui devait animer notre jeu est parti jouer devant et un de nos milieux de terrain est descendu. Au milieu de terrain, on s’est retrouvés en infériorité numérique et il était difficile de pouvoir jouer. On a rectifié à la mi-temps, on a remotivé certains joueurs qui ne donnaient pas ce qu’ils avaient à donner. Donc, on est reparti en seconde mi-temps avec beaucoup d’allant et par bonheur pour nous, on a marqué. Mais malheureusement, après avoir marqué, il suffisait d’être un tout petit peu calme, utiliser nos attaques rapides et on pouvait avoir la possibilité de marquer beaucoup plus de buts. Mais on s’est recroquevillés pour conserver ce but. Je regrette mais malgré tout, on a gagné et c’est important.

Comment se porte Chico, votre buteur sorti sur blessure ?

Là maintenant, il est en train de recevoir des soins, il est encore avec des poches de glace. On en saura plus demain.

Comment vous envisagez la suite ?

On va travailler parce que ça ne fait qu’une semaine que cette équipe existe. Donc, pour attaquer cette compétition, il nous manque beaucoup de cohésion, avant ce premier match, on avait eu que quatre entraînements. On était face à une équipe qui est rodée depuis longtemps, ils sont en regroupement depuis longtemps mais nous, on n’a pas pu le faire parce qu’on avait le championnat. Donc, on est un peu en déficit de ce côté-là mais on n’a pas envie d’être éliminés tout de suite. On va continuer à peaufiner un tout petit peu les automatismes.

William Tchango

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page