Politiques PubliquesSESSION PARLEMENTAIRE DE MARS 2021SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Fonction publique: où en est le recrutement de 1000 enseignants bilingues ?

La question a été posée par les députés au ministre de la Fonction publique au cours des questions orales de ce jeudi.

Le gouvernement avait parié dessus pour la décrispation de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en 2017. Environ 4 ans plus tard, le recrutement total des 1000 enseignants bilingues n’est pas totalement effectif. Les députés ont dès lors profité de la séance de questions orales à l’adresse du gouvernement pour demander des explications à Joseph Le. Une question orale de l’honorable Kum John Nji qui a porté notamment sur l’authentification des diplômes, le nombre d’enseignants recrutés, la collaboration entre le ministère de la Fonction publique et les départements ministériels impliqués dans ce processus.

780 enseignants recrutés

Selon Joseph Le, 780 enseignants bilingues ont déjà été recrutés.  La majorité est issue des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. « 80% sont  originaires du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et 20% pour les 8 autres régions. Sur le plan des statistiques obtenues plus tard, il est noté que 978 candidats ont déposé leur dossier. A date nous avons 780 enseignants bilingues ». Pour le ministre de la Fonction publique, les autres recrutements n’ont pas été effectifs du fait des dossiers incomplets. L’on note notamment 18 dossiers ne possédant pas d’équivalence de diplôme, 11 ayant un défaut d’un certain nombre de pièces : attestation de présence effective au poste. Copie certifiée conforme des diplômes, attestation de présentation de l’original du diplôme. Extrait de cassier judiciaire. « Cette situation tient lieu à plusieurs paramètres qui ont été portés récemment à mon attention. Problème d’authenticité des diplômes, absence de présence effective au poste, absence de certification des diplômes par les institutions concernées, absence de copies originales des diplômes etc. Face à cette situation, nous ne croisons évidement pas les bras. C’est pour cela que notre communication sur tous les supports possibles appelle ces personnes à venir compléter leur dossier. Mon adresse mail personnel, mon numéro et mon numéro Whatsapp ont été rendus disponibles pour qu’ils puissent exprimer leurs souhaits directement » précise Joseph Le.

Faux diplômes

Le ministre de la Fonction publique a également fait un point sur la gestion des faux diplômes détenus par certains agents de la fonction publique. Le gouvernement prévoit dès lors une riposte qui repose notamment sur la  création d’une plateforme regroupant certains  départements ministériels. « Nous travaillons en collaboration avec le Minesup, le Minsanté, le Mindub, Minesec et avec d’autres institutions, dans le but de mettre en place une plateforme digitale. Par un simple clic, on pourrait savoir si le diplôme présenté par un candidat est vrai ou faux.  Dans le même ordre d’idée, nous instruisons nos collaborateurs des institutions qui ont constamment ce problème de faux diplômes de faire de l’authentification des diplômes, une étape du processus d’avancement des carrières. Le ministère de la Fonction publique a récemment signé un partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur dans le cadre de l’authentification des diplômes dans les institutions académiques publiques et privées ».

En rappel, la problématique des faux diplômes est une constante au sein de l’administration camerounaise. Un phénomène qui s’étend également aux documents d’état civil. 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page