A la UneConjoncture

Fonction publique : rude bataille autour du marché de la digitalisation

Outre les deux principaux opérateurs de télécoms au Cameroun, MTN et Orange, un troisième conçurent convoite ce marché, il s’agit du consortium Arago-Epi Use.

La digitalisation de la Fonction publique camerounaise fait donc courir. Aux côtés du consortium Arago-Epi Use, les deux principaux opérateurs des télécoms au Cameroun, MTN et Orange se disputent ce marché. En effet, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph Lé, a reçu tour à tour, ces derniers jours, les directeurs généraux de ces deux entreprises. Le 8 octobre dernier, le membre du gouvernement a accordé une audience à Hendrick Kasteel, directeur général de MTN Cameroon. « Au menu des échanges : la digitalisation des services au Minfopra », indiquent nos sources. Peu avant, le 26 septembre, Minfopra recevait en audience à Frédéric Debord, DG d’Orange Cameroun. Les deux personnalités avaient également parlé de la digitalisation des services de la Fonction publique camerounaise. Un troisième concurrent s’est ajouté dans cette liste. Il s’agit du consortium conduit par le Marocain Arago Consulting. Il est pour la cause associé à Epi-Use Labs qui développe des solutions pour la protection des données stratégiques.


>> Lire aussi –Digitalisation : MTN Cameroon vise le marché de la Fonction publique

Le 28 août dernier, MTN Cameroon avait déjà proposé à Joseph Lé, entre autres, l’amélioration de la gestion des archives du ministère, le renforcement des capacités aux audits et besoins d’informations, la réorganisation, la dématérialisation et l’indexation des archives physiques. « L’innovation dans la gestion du processus des concours de la Fonction publique figure en bonne place dans ce programme. Les deux parties se réuniront dans les prochains jours pour tabler sur un projet de mémorandum », précisait-t-on au Minfopra. Cette digitalisation qui est un marché potentiel pour les opérateurs des télécoms  au Cameroun, rassure-t-on au Minfopra, viendrait par exemple résoudre l’épineux problème d’archivage que connait cette administration qui gère les carrières des agents publics.


>> Lire aussi –Digitalisation: l’Antic évalue le niveau de transformation des organismes publics et privés

En rapport avec ce problème, Joseph Lé, le Minfopra lui-même, au cours du Comité interministériel d’examen des programmes (Ciep) tenu à la Primature, en 2018, confiait que, « Si je vous amenais aujourd’hui au ministère de la Fonction publique, vous finiriez par écraser une larme. Les archives depuis les années 60 jusqu’à ce jour sont encore placées dans les couloirs un peu partout et même au-delà du ministère. Il s’agit donc d’abord de les classer, de bien les classer et ensuite passer à la seconde étape qui est celle de la vulgarisation. Je plaide pour que cet aspect soit inscrit dans ce programme pour qu’on trouve les voies et moyens pour une meilleure organisation de la gestion du fichier du personnel de l’État ». Mais en attendant que ce marché soit attribué à l’un des concurrents, la Fonction publique continue à avoir tout le mal à gérer ses archives qui jonchent les couloirs des bureaux.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page