Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Fourniture électrique : la ligne de transport d'énergie de Memve'ele accuse un retard de livraison

La mise en service définitive de cet ouvrage électrique initialement annoncée pour le mois de mars 2021, par le ministre de l’Eau et de l’Energie, ne sera effective qu’au mois de juin de cette année. Et pour cause, il reste encore à construire 5KM de ligne de transport sur les 270 KM de linéaire total que comporte la ligne de transport de ce projet, allant de Nyabizan à Yaoundé.

Publiée samedi 3 avril 2021 à 17:33:49Modifiée lundi 5 avril 2021 à 10:53:32Temps de lecture 4 minPar Cindy MBALA BETINE

Les délestages récents sont attribués aux opérateurs de transport et de distribution électrique

La fourniture en énergie électrique au Cameroun, connait depuis peu des perturbations. C’est dans l’optique d’apporter des éclairages sur cette situation qu’une conférence de presse conjointe entre les ministres de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba et celui de la Communication René Emmanuel Sadi a été organisé le 1er avril 2021.

Plusieurs ouvrages électrique devant alors contribuer à résorber ce problème de fourniture énergétique au Cameroun sont soit en construction, soit déjà opérationnels. L’un des projets phares attendu dans le réseau interconnecté Sud notamment et devant augmenter les capacités de fourniture d’électricité dans cette partie du pays est la centrale hydroélectrique de Memve’ele, qui est un projet d’aménagement hydroélectrique d’une capacité de 211 mégawatts (MW) sur le fleuve Ntem, avec un ligne de transport associée de 270KM, allant de Nyabizan à Yaoundé. Lors de son passage devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale au mois de novembre 2020, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba, était revenu sur les perspectives à court terme de ce projet. Il a faisait savoir notamment que « la mise en service définitive de la ligne de transport est prévue pour le mois de mars 2021, tandis que la mise en service commerciale de la centrale est prévue pour le mois de septembre 2021 ». Mais jusqu’à ce début de mois d’avril 2021, il en n’est rien.

Lire aussi : Production d’électricité : Memve’ele et Mekin définitivement opérationnels en 2021

« La centrale hydroélectrique de Memve’ele quant à elle injecte déjà 90MW par jour dans le réseau interconnecté Sud. Une fois les travaux de construction de la ligne de 225 000 volts achevés d’ici juin 2021. Cette production va passer à 211 MW. Il ne reste que 5KM de ligne de transport à construire sur un linéaire total de 270 KM», fait savoir Gaston Eloundou Essomba, dans son allocution du jour. Trois mois de plus sont alors accordés à la finalisation de ce projet qui devait durer au départ 54 mois, pour une enveloppe de 365 milliards de Fcfa.

Lire aussi : Barrage hydroélectrique: Memve’Ele confié à EDC

Toutefois il convient de noter qu’avec sa mise en activité partielle la centrale de Memve’ele a déjà engendrée des retombées de l’ordre de milliards de Fcfa. « Les recettes générées depuis la mise sous tension d’avril 2019 jusqu’à octobre 2020 s’élèvent à environ 27,557 milliards de Fcfa», indiquait le Minee devant les parlementaires. L’Etat commence donc déjà à avoir un retour d’investissement de 243 milliards de Fcfa, hormis les vois d’accès au site et la ligne d’évacuation et de transport de l’énergie qui ont coûté 140 milliards de Fcfa.

Causes

Selon le ministre de l’Eau et de l’Energie les différents délestages observés ces jours sont causés dans les domaines du transport et de distribution de l’électricité sur l’ensemble du territoire. Pour présenter ces causes au cas par cas, l’on a dans le réseau interconnecté Sud, la vétusté et la surcharge des équipements de transport et de distribution liée à une forte croissance démographique. Du côté du réseau interconnecté Nord l’on a pour cause principale la faible hydrologie dans le bassin de la Bénoué. Quant au réseau interconnecté Est, la capacité de la centrale thermique de Bertoua n’est pas à mesure de satisfaire la demande potentielle de la région, l’entretien insuffisant des entreprises des lignes de distribution et les feux de brousse causés par l’action humaine sont les principales causes dans cette région.

Lire aussi : La centrale technique de Garoua au ralenti faute de pièces de rechange

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner