GabonAfrique Centrale

Gabon : les défis qui attendent Raymond Ndong Sima

Réforme du cadre juridique, remise à plat de la gouvernance, règlement de la dette intérieure, financement des projets de développement grâce à un nouveau paradigme, dégel de la vie politique, élaboration d’une nouvelle Constitution sont entre autres chantiers urgents que va attaquer le Premier ministre de Transition.

Les concessions du président de la Transition au Patronat constituent à n’en point douter, l’épine dorsale de l’action du Premier ministre nommé par le général Brice Clotaire Oligui Nguema. Raymond Ndong Sima devra tout d’abord s’assurer que les opérateurs économiques bénéficient de surface financière qui leur permette de faire face aux défis du fonctionnement des entreprises. Le règlement de la dette intérieure apparaît dès lors comme le pilier de l’action du Premier ministre de la Transition nommé le 8 septembre 2023.

Ensuite, il faudra restaurer la journée comptable du Trésor «pour mettre fin aux petites combines entre copains et coquins». Cela rétablira l’équité dans le traitement des factures des opérateurs économiques qui soumissionnent à l’exécution de la commande publique. L’appel systématique au système bancaire « lorsqu’il s’agira de financer nos projets » va constituer l’un des grands chantiers de Raymond Ndong Sima afin d’assurer la continuité de la réalisation des grands projets de développement.

Lire aussi : Putsch au Gabon : le président de la Cemac appelle à un « retour à l’ordre institutionnel »

Le passage sous pavillon privé, de la gestion des deux caisses prévoyance sociale : la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) devra se faire dans l’urgence afin de soulager les souffrances des retraités.

L’intéressé lui-même place son action dans une trajectoire réformatrice. «Je vais faire l’effort pour travailler dans le sens de ce que tout le monde souhaite à l’heure actuelle, c’est-à-dire de remettre le pays sur les rails (…)Ce que je souhaite, c’est que le plus de monde soit mis à contribution pour que le processus soit inclusif, que nous nous mettions d’accord une fois pour toutes, l’ensemble des Gabonais, quel que soit le bord auquel nous appartenons, pour nous mettre d’accord sur des textes qui soient justes, équitables et qu’il y ait des élections que personne ne conteste et dont la représentativité est évidente », explique-t-il.

Pour ce faire, il souhaite associer le plus d’intelligence et d’expertise possibles pour une bonne toilette de l’ensemble des textes qui sont sur la table. Car, la colonne vertébrale des problèmes que vit le pays c’est le cadre juridique. souligne-t-il, «Il faut qu’on se mette sur notre réelle capacité. Nous avons des ressources, des atouts, mais la façon de combiner, la façon de gérer, la gouvernance que nous avons faite n’est pas favorable, ne permet pas d’avoir la meilleure et la plus grande équipe. Donc, nous devons régler ce problème et de mon point de vue, tous ces problèmes sont liés au cadre juridique, à l’ensemble du contexte dans lequel nous vivons ».

Lire aussi : Présidentielle au Gabon : des économistes en lice pour remplacer Ali Bongo

Raymond Ndong Sima, ancien Premier ministre d’Ali Bongo Ondimba entre février 2012 et janvier 2014, a le profil de l’emploi. Car, l’homme de 68 ans a déjà par le passé, remis sur les rails plusieurs situations et entreprises en difficulté, à l’instar de la société d’exploitation d’hévéa du Gabon à Oyem dans le nord du pays, Hevegab. «J’ai fait plusieurs opérations de restructuration d’entreprises. J’ai fait la restructuration de la Compagnie forestière du Gabon en 1991 à Port-Gentil. J’ai fait la première mise en concession du chemin de fer en 1999-2000, etc. Je suis habitué à des situations un peu difficiles du point de vue de la restructuration.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page