Business et Entreprises
A la Une

Gaz du Cameroun obtient une prorogation d’un an pour l’exploitation du bloc de Matanda

La période de prolongation, qui a pris effet à compter du 17 décembre 2021, a été accordée par le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt).

Jusqu’au 17 décembre 2022, Gaz du Cameroun (GDC) filiale locale de la société britannique Victoria Oil & Gas Plc (VOG), est habilitée à poursuivre ses activités d’exploitations sur le site de Matanda situé à cheval entre les régions du Littoral et du Sud-Ouest. La période d’extension, qui a pris effet depuis le 17 décembre 2021, a été accordée par le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), d’après le communiqué de l’entreprise consulté par EcoMatin.

Lire aussi : Eneo règle sa dette de 2,7 milliards de F à Gaz du Cameroun

« Nous sommes extrêmement heureux d’avoir reçu cette extension pour une autre année et, une fois de plus, nous remercions le ministre et la SNH d’avoir accéléré cette extension. La licence (Bomono contiguë) a subi des tests de puits étendu et a considérablement réduit le risque de ces jeux moins profonds. Je suis particulièrement satisfait du rôle joué par notre équipe ESG pour avoir influencé la sélection de l’emplacement du puits en tenant compte des habitants et l’environnement autour du site du puits », se satisfait Roy Kelly, PDG de VOG.

C’est donc une nouvelle phase d’exploitation qui s’annonce pour l’entreprise, elle qui en 2020, bénéficiait d’un prolongement d’un an. Gaz du Cameroun devrait de ce fait procéder au forage d’un puits d’exploration et d’appréciation selon le communiqué de la maison mère de Gaz du Cameroun. Communiqué qui indique par ailleurs le deuxième trimestre 2022 comme étant la période probable de forage du puits sous réserve de la finalisation des coûts et de la disponibilité des fonds.

Lire aussi : Gaz du Cameroun augmente de 76% sa production de gaz naturel

Si les ressources potentielles restent inchangées par rapport à celles précédemment rapportées, à savoir 1 196 milliards de pieds cubes, néanmoins l’opérateur souligne le chapelet de difficultés auxquelles elle fait face, notamment celle du matériel.

Pour pallier le problème un certain nombre de mesures ont été prises par l’entreprise. « À la date de cette publication, de nombreux articles à long délai de livraison ont été commandés et une liste restreinte de huit appareils de forage appropriés a été établie et un appel d’offres a été lancé avec des offres attendues. La profondeur totale forée (TD) du premier puits sera inférieure à 1 300m, et il sera vertical, donc une plate-forme montée sur remorque de puissance modeste (1 000 CV) suffira. Comme il n’y a pas d’autres opérations de forage à terre au Cameroun, la plate-forme devra provenir de l’étranger», note l’opérateur.

Lire aussi : Gaz du Cameroun ambitionne hausser sa production d’ici fin 2018

Pour mémoire, le bloc de Matanda est opéré par GDC (75%) et le britannique Afex Global (25%). La Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH) a le droit d’acquérir 25% au moment de l’exploitation.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page