Business et EntreprisesDossiers
A la Une

Gaz pétrolier liquéfié le Cameroun veut importer 121 000 tonnes métriques en 2021

La Commission Ad hoc chargée des importations des produits pétroliers a lancé un appel d’offres relatif à l’importation de GPL, appelé communément gaz domestique, en vue de combler la demande nationale.

La Commission Ad hoc chargée des importations des produits pétroliers (Cipp), par le biais de son président, Oke Johnson Doh, a lancé le 23 novembre dernier, un appel d’offres relatif à l’importation de 120 000 TM (tonnes métriques) de Gaz de pétrole liquéfié (GPL), appelé communément gaz domestique. Ce volume à importer à importer se fera par lot de trois, renseigne le communiqué. Soit 60 000, 35 000 et 25 000 TM. Importations qui sont en hausse de 5000 TM, par rapport à la quantité autorisée en 2019. Pour l’année dernière, le Cameroun avait autorisée l’achat de 115 000 TM. Selon le président du Cipp, les importations futures serviront à couvrir les besoins de consommation du pays au cours de l’exercice 2021. Selon les informations fournies par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), le Cameroun a produit à fin juin 2020 225 918,84 m3 de gaz naturel liquéfié (GNL), avec 10 459,440 tonnes de gaz domestique fournie au marché national au 31 mai 2020.

Lire aussi : Réglementation de changes : comment les entreprises pétrolières manœuvrent pour faire échouer la Beac

Pour les deux années précédentes, au cours de l’exercice 2019, la SNH avait livré 20 545,05 tonnes de gaz de pétrole liquéfié pour l’approvisionnement du marché local, soit l’équivalent de 1 643 604 bouteilles de 12,5kg. Ce qui représente une croissance de 943 604 bouteilles puisqu’en 2018, la SNH a livré près de 700 000 bouteilles de gaz. Pour ce qui est de 2018, les données collectées indiquent qu’au cours des neuf premiers mois de cette année 79 428 TM de GPL avaient été importées contre 71 068 TM au cours de la même période en 2017, soit un taux de croissance de 11,8%.

Pour combler la demande nationale, nationale qui se chiffre à peu près à 100 000TM par an, l’Etat fait recours à des importations. Importations effectuées par la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph) et qui se chiffrent à peu près à 22 milliards de FCFA, pour un taux de 80%. Face à une production locale de 20%. Mais ces dernières sont en baisse depuis 2018, avec la mise sur pied de l’usine flottante de liquéfaction de gaz naturel installée au large de Kribi, vers la fin de premier semestre de la même année. Cette dernière qui dispose d’une capacité de production de 30 000TM de GPL, a rejoint les 17 000TM issues de la Sonara. Les deux réunies, permettent de mettre sur le marché national 47 000 tonnes de GPL, soit 50% de la demande nationale.

Lire aussi : Gaz naturel : le plateforme Sanaga 2 s’installe au large de Kribi

Consommation

Lors de la campagne présidentielle de 2018, le ministre de l’Eau et de le l’Energie a dressé un bilan du précédent septennat du président de la République. De celui-ci l’on apprend que la consommation camerounaise est passée de 67 000TM en 2011, à près de 110 000TM en 2018, soit une croissance moyenne de 9% par an et 64% pour les sept ans. Ceci fait suite à l’extension et la modernisation de la Sonara, qui a connu l’accroissement de ses capacités de stockage de pétrole brut et de produits raffinés qui sont passées de 328 000m3 en 2011 à 455 000m3 en 2018, soit une augmentation de 38,7%. A cela s’ajoute celles de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp) avec 2 370TM en 2011, à 4 970TM en 2018, correspondant à une augmentation de 2 600TM soit un accroissement de 109,7%.Rappelons que les séances de dépouillement et d’adjudication afférents à cet appel d’offres se tiendront le mardi 1er décembre 2020 à la caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph).

Gaz du Cameroun, Perenco et SNH fortement implantés

Lors de la présentation, devant le parlement du programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice 2021, le premier ministre Joseph Dion Ngute n’a pas manqué de dresser le traditionnel bilan de l’année écoulée. L’on y apprend qu’« au 30 septembre 2020, les exportations de notre pays en GNL se situaient à 6,182 millions de mètres cubes. Environ 2 000 Tonnes Métriques de gaz domestique en sont extraites mensuellement pour approvisionner le marché national ». Ceci est rendu possible par l’entrée en production le 29 avril 2018 de l’usine flottante de liquéfaction du gaz naturel du consortium SNH/PERENCO/GOLAR. Le secteur des hydrocarbures qui s’enrichie aussi de la variété de gaz naturel.

Lire aussi : Rectification du budget : des divergences au sein du gouvernement sur la baisse des revenus pétroliers

Selon le rapport de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Cameroun (Itie) de 2017, l’on apprend que la production gazière du Cameroun s’est stabilisée à 14,09 millions de pieds cubes Mscf (gaz naturel) par rapport à 13,19 millions Mscf l’année précédente. Elle provient principalement du champ Logbaba situé dans la région de Douala et du champ Sanaga Sud situé dans l’offshore de la région de Kribi. Toute la production a été écoulée sur le marché local. Dans le détail la production de cette année présente deux producteurs que sont Perenco Cameroun et Gaz du Cameroun. A cet effet, ils ont produit respectivement 10 396 160 de Mscf, pour un montant de 14,11 milliards de FCFA et 3 699 177 de Mscf, pour 22,35 milliards. Soit un total de 36,4 milliards.

C’est avec ce gaz naturel, que le Cameroun parvient à produire du Gaz pétrolier liquéfié (GPL) communément appelé gaz domestique. Il est alors issue en partie de la Société nationale de raffinage du Cameroun (Sonara) à hauteur de 17 000TM et de l’usine flottante de liquéfaction de gaz naturel installée au large de Kribi et qui dispose d’une capacité de production de 30 000TM de GPL.

Lire aussi : Gaz de pétrole liquéfié : 3 100 bouteilles divisent les marketeurs

Acteurs

Le Rapport Itie 2017 recense deux acteurs majeurs au cours de cette année que sont Gaz du Cameroun et Perenco Cameroun. Gaz du Cameroun (GDC), filiale de Victoria Oil and Gas, est une entreprise intégrée dans le secteur de l’énergie et de la production et de la distribution de gaz. Elle a alors investi plus 425 millions de dollars dans les puits de production de gaz situés dans la capitale économique, ceci afin d’extraire et de distribuer au respect des normes de sécurité, le gaz aux clients de divers secteurs de l’industrie de la ville. Elle propose alors une gamme de gaz domestiques que sont entre autres : le gaz thermique servant à faire fonctionner les machines, des générateurs électriques actionnés grâce au gaz, ainsi que du condensat qui sont transportés à la Sonara.

Lire aussi : Gaz domestique : 35 milliards injectés par l’Etat pour maintenir inchangés les prix en 2018

Perenco opère au Cameroun depuis 1993, en étroite collaboration avec la SNH. Ses opérations de production proviennent des concessions de Rio del Rey, Moudi et de Ebome. En 201, les deux partenaires ont choisi de développer le marché du GNL grâce au FLNG Hilli Episeyo (Floating LNG), première usine de liquéfaction flottante dans le monde, installée au large de Kribi.

A côté de ces deux acteurs, se trouve la SNH, bien que pas mentionnée dans le rapport Itie en tant qu’acteur. Pour une production chiffrée à 1,2 million de tonnes par an, la SNH exporte pour le compte de l’Etat du GNL depuis 2018. Le gaz issu du champ Sanaga Sud est liquéfié sur l’usine flottante Hilli Episeyo, installée au large de Kribi. La liquéfaction pouvant être comprise comme un ‘‘refroidissement’’ à – 163 °C, seuil où le gaz devient liquide, ce qui permet son transport par navire et donc, son exportation.

Lire aussi :   Les défis qui attendent Roy Kelly à la tête de Gaz du Cameroun

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page