Afrique Centrale
A la Une

Guinée Équatoriale : 5 compagnies italiennes engagent des pourparlers pour investir dans le secteur pétrolier

La Guinée Équatoriale est à la quête de nouveaux investissements dans le secteur pétrolier alors que les majors pétrolières déjà actives dans le pays amorcent leur désengagement en raison du vieillissement des champs pétroliers. Une équation difficile pour un pays dont 80% des recettes d’exportations proviennent du pétrole.

En marge de sa participation au sommet Italie-Afrique qui s’est tenu les 28 et 29 janvier 2024 à Rome, le vice-président de Guinée Équatoriale Teodoro Obiang Nguema Mangue s’est entretenu avec 5 compagnies pétrolières italiennes désireuses d’investir dans le pays.

Il s’agit de Kerry GROUP, CORAL, ALBION, KLN et Fuel Enginerie. Leur champr d’activité : l’exploration, l’exploitation et la transformations de ressources énergétiques notamment le pétrole et le gaz. Selon les informations du gouvernement, ces entité ont présenté des offres pour explorer et exploiter les ressources pétrogazières du pays. Les champs ciblés n’ont pas été relevés.

« La Guinée équatoriale est située dans un point stratégique de la sous-région et est l’un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz du continent. Notre pays offre des installations ainsi qu’une grande importance à tout investissement étranger qui souhaite apporter son grain de sable pour le transformation de notre Nation », a déclaré Nguema Obiang, précisant que les pourparlers allaient se poursuivre.

Malabo garde une oreille attentive aux propositions de nouveaux exploitants pétroliers dans un contexte marqué par le désengagement des majors pétrolières comme ExxonMobil en raison du vieillissement de ses champs. Ce qui met à mal l’économie de ce pays d’Afrique centrale car plus de 80% des recettes d’exportation sont tirés du pétrole. De nouveaux investissements dans le secteur pétrolier est plus que jamais nécessaire car la production d’hydrocarbures du pays a chuté de 17% entre 2018 et 2022 passant de 337 571 barils par jour à 279 722 barils. Selon le FMI, ce volume devrait encore diminuer de 50 % entre 2023 et 2028 en raison.

A LIRE AUSSI :

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page