BusinessBusiness et Entreprises
A la Une

Henri Eyebe Ayissi suspend le contrat de bail provisoire avec Neo Industry S.A

La correspondance signée ce 14 août par le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières vient répondre aux exigences des chefs traditionnels de la région de Sud.

Le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf) Henri Eyebe Ayissi a adressé ce 14 août une lettre au Préfet de la Vallée du Ntem, dont l’objet portait sur la suspension des effets du contrat de bail provisoire entre l’Etat et la société Neo Industry S.A. « J’ai l’honneur de vous faire connaître que j’ai décidé de suspendre, jusqu’à nouvel avis, les effets du contrat de bail provisoire signé le 27 mars 2020, entre l’Etat du Cameroun et la société Neo Industry S.A pour le développement des plantations cacaoyères aux lieux-dits « Nlono », « Messama » et « Zaminkan », département de la Vallée du Ntem, région du Sud, conformément aux recommandations pertinentes du rapport issu de vos concertations, dans l’optique de l’apaisement des esprits et de recherche d’un consensus positif et dynamique avec les populations locales dans le dossier », peut-on lire.

La décision de Henri Eyebe Ayissi intervient après celle du préfet du 12 août dans laquelle il transmettait au Mindcaf, le rapport spécial  de la réunion de concertation relative aux  multiples requêtes introduites par les élites du département de la Vallée du Ntem en rapport avec l’attribution de ces terres.

Lire aussi : Vallée du Ntem : 66 430 hectares divisent l’Etat et les populations

Rappelons que ce différend foncier nait du mécontentent des autorités traditionnelles Mvaë et Ntoumou à la suite de l’attribution 66 430 hectares de terres à l’entreprise agro-alimentaire Neo Industry dans la vallée du Ntem. Ces derniers ayant formulé un recours auprès du Premier Joseph Dion Ngute argumentent sur la caducité depuis 2014 de l’arrêté n°000258/Mindcaf/Sg/D141 du 3 juillet 2012 signé par Philémon Yang, ancien premier-ministre déclarant d’utilité publiques les terres, d’une superficie de 66 430 hectares 20 ares, 10 centiares dans les départements de la Mvila, Océan, et de la Vallée du Ntem région du Sud. Ils soutiennent par ailleurs que le décret signé par le Mindcaf viole la circulaire du n°000009/Y.18/Mindcaf/D300 du 29 décembre 2005 stipulant que seul le président de la République peut signer les concessions supérieures à 100 hectares.

Lire aussi : Eyebe Ayissi veut mettre un terme à l’occupation illégale du domaine de l’Etat

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page