Business

High-tech : Silicon Mountain, le fleuron des startups du numérique

La Plateforme abrite aujourd’hui une communauté croissante de développeurs, concepteurs, professionnels des affaires

Au pied du Mont Cameroun, la ville de Buea dans la région du Sud-Ouest vit une explosion technologique. Comme cette terre fertile a favorisée le développement de l’agriculture, elle en fait autant pour les startups aujourd’hui. Ainsi, Silicon Mountain est le nom qui a été choisi désigner cet écosystème technologique (cluster).

Favorisé par la présence des universités telles que l’Université de Buea, l’Université catholique de Buea, l’Université Saint Monica et de nombreuses autres, la Silicon Mountain abrite une communauté croissante de développeurs, concepteurs, professionnels des affaires, à l’instar de la fameuse Silicon Valley américaine, la Silicon Mountain camerounaise est aujourd’hui réputée pour son nombre exponentiel de start-ups et sa facilitation dans la croissance et la mise en œuvre des technologies modernes.

D’autre part, la Silicon Mountain représente un vrai potentiel économique pour le Cameroun. Ce sont des centaines d’emplois directs et indirects qui se créent chaque jour à travers pour des jeunes. Même si ces projets ne brassent pas encore des milliards de dollars à l’image du géant Facebook, il n’en demeure pas moins vrai que ces entreprises numériques soient des sources de revenus fiables.

Certaines start-up sont devenues des références sur le plan africain et même mondial.

Njorku qui est aujourd’hui l’un des plus grands moteurs de recherche d’emplois en Afrique. Avec plus de 50 000 visiteurs chaque semaine, le site est accessible en français et en anglais, et permet de rechercher des emplois dans près d’une quinzaine de pays. Derrière cette plateforme se cache le brillant Churchill Mambe Nanje. A tous juste 30 ans, avec son équipe d’une dizaine de membres, il travaille 24 heures sur 24 pour faire évoluer son entreprise, qui vient de remporter le prix de l’entreprise la plus innovante du continent. Une reconnaissance qui lui permet de garder espoir.

Skademy formée à partir des mots « Skills » (compétences) et « Academy » (académie) est une plateforme e-learning africaine. Fondée par Otto Akama, la startup Skademy aide les gens à se former sur différentes technologies avec l’appui de tuteurs privés et des institutions reconnues en Afrique.

Viva, c’est une plateforme de divertissement pour les bus et les trains. Elle permet aux opérateurs des transports d’offrir à leurs clients des divertissements semblables à ceux disponibles en avion. C’est un réseau WIFI sécurisé et privé. Il existe également un réseau social pour les passagers. Le fondateur de la startup finaliste du Challenge Entrepreneuriat en 2016 est Mohamed Felata. Les utilisateurs accèdent au contenu VIVA avec leurs smartphones, tablettes ou dans des bus équipés d’écrans TV. Le système met ainsi fin à la monotonie des voyages routiers.

Feem, c’est le meilleur moyen de transférer des fichiers (photos, vidéos, et documents) entre téléphones, tablettes et ordinateurs en local. Autrement dit sans Internet, sans câbles. Dans un contexte où l’on n’a pas toujours les accessoires de son téléphone pour transférer des fichiers vers son ordinateur, ou encore des téléphones dotés de Bluetooth, le Camerounais Fritz Ekwoge a développé Feem. Originaire de la région du Sud-ouest, Fritz Ekwoge, qui est le fondateur de l’entreprise Feeperfect, il a eu l’idée de concevoir cette solution à cause du faible pouvoir d’achat qui empêche encore les détenteurs de téléphones portables de contracter une connexion Internet mobile. En téléchargement gratuit sur le site www.tryfeem.com, l’application Feem est en téléchargement payant sur l’Appstore d’Apple.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!