Politiques PubliquesSESSION PARLEMENTAIRE DE MARS 2021SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Hôpitaux de référence : les députés évaluent les infrastructures de santé

Des missions de suivi évaluation des travaux de construction et d’équipement sont descendues sur le terrain. Les résultats sont pour une bonne part insatisfaisants.

La Représentation nationale a dépêché ses Hommes sur le terrain.  Ces descentes avaient pour but de faire le suivi-évaluation des travaux de construction et d’équipement des hôpitaux régionaux de référence et hôpitaux de 1ère et 2ème catégorie. Des missions qui ont rendu leurs copies  ce mercredi 7 avril 2021, en présence du ministre de la Santé publique. Il ressort de ces différentes copies, que l’exécution des travaux notamment dans le cadre du plan d’urgence triennal (Planut) est insatisfaisante. La majorité des hôpitaux  accuse un retard conséquent.

Taux d’exécution faibles

C’est le cas de la région de l’Adamaoua. L’hôpital de référence de l’Adamoua  budgétisé à hauteur de 9 milliards de F Cfa et supposé être achevé en 18 mois, enregistre un taux d’exécution de 89% en 46 mois de construction. La situation n’est pas plus enviable dans la région du Centre. La mission de suivi-évaluation qui s’est rendue au Centre hospitalier universitaire (Chu),  à l’Hôpital Central, à l’Hôpital Général et à l’Hôpital Gynéco-obstétrique de Yaoundé s’arrache les cheveux. Les députés dénoncent des « déséquilibres de résultats au cours de certains exercices, l’absence d’un circuit du patient optimal, des endettements lourds, l’échec des contrats plans (suspendu au Chu) etc ».

En ce qui concerne le CHU particulièrement, doté d’un budget de 9 milliards de F Cfa dans le cadre du Plan d’Urgence triennal, en 4 ans, la réhabilitation du plateau technique est effective à 64%, avec un taux d’exécution financière de 49,6%. Une réhabilitation qui n’est cependant pas accompagnée de l’acquisition des équipements. Selon les députés, le taux d’acquisition du matériel est de 0%. En outre, selon la mission conduite par la doyenne d’âge, Laurentine Mfegue, ce centre hospitalier ne fonctionne qu’à 35% de son réel potentiel.

L’Est fait également partie des régions concernées par le retard dans l’exécution des travaux. Budgétisé à hauteur de 10 milliards de F Cfa, l’hôpital de référence de Bertoua n’est pas encore totalement sorti de terre. Le taux d’exécution de cet ouvrage est de 74%. La situation n’est pas plus enviable dans la région de l’Extrême-Nord. Le Centre hospitalier régional de Maroua, dont les travaux sont inscrits dans le Planut, est à 41,3%. Et ce alors que les travaux ont débuté en 2017. C’est également le cas  de l’Hôpital de référence de Garoua, débuté en 2017, financé à hauteur de 18 milliards de F Cfa et dont le taux d’acquisition des équipements est de 0%. La région du Sud-Ouest affiche le pire taux d’exécution en ce qui concerne la construction des hôpitaux de référence, avec 14% de réalisation. D’ailleurs la construction et le matériel sont envahis par les herbes.

Le travail réalisé par les comités de députés envoyés dans les 10 régions du pays s’inscrit dans un cadre. Celui des suites données à la séance d’information des parlementaires sur « les politiques du gouvernement en matière de développement des infrastructures  de santé : état des lieux et perspectives ».  Une plénière qui avait eu lieu le 9 décembre 2020 au cours de la session du mois de novembre dernier. Il s’agit dès lors de la mise en œuvre de l’une des recommandations formulées au terme de ces travaux.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page