Afrique Centrale
A la Une

Huile de palme raffinée : le Gabon exclut les spéculateurs du marché de distribution

Des opérateurs économiques ont expressément été retenus pour mettre fin à ces manœuvres qui, d'après les ministres gabonais de l'Economie et de la Relance, et celui du commerce, des Petites et moyennes entreprises, provoquent une pénurie et une hausse du prix de ce produit.

Le ministre gabonais de l’Economie et de la Relance Nicole Roboty epse. Mbou, et celui du Commerce, des Petites et moyennes entreprises Yves Fernand Manfoumbi frappent du poing sur la table contre des opérateurs économiques spécialisés dans la vente en gros d’huile de palme raffinée produite localement.

Lire aussi : Le marocain Cimaf va investir 89 milliards pour la construction d’une usine de clinker au Gabon

Les deux membres du gouvernement accusent les commerçants d’effectuer des manœuvres spéculatives sur ce produit essentiel pour la consommation des ménages gabonais. Manœuvres ayant un impact direct sur son prix et sa disponibilité: « depuis quelques mois, une augmentation anormale du prix de l’huile raffinée produite localement ainsi que son indisponibilité à certains endroits sont constatées sur le marché », affirment les ministres dans un communiqué conjoint.

Nicole Roboty et Yves Fernand Manfoumbi rappellent aux concernés que la pratique relevée est faite en « violation du cadre réglementaire et au préjudice des consommateurs ». Ce qu’ils jugent par ailleurs « injustifiée et inacceptable ». Pour y mettre fin, le gouvernement gabonais a décidé de réorganiser la chaîne de distribution de l’huile de palme raffinée, objet de pratiques commerciales déloyales. Ce, par exclusion définitive de tout circuit de distribution du produit, des auteurs contrevenants.

Lire aussi : Vie chère : le Gabon met en place une nouvelle mercuriale pour 48 denrées alimentaires

Désormais, des grossistes agréés seront chargés d’approvisionner le marché Gabonais. Il s’agit du Groupe Ceca-Gadis (Ckdo, Gaboprix, Supergros), Foberd Gabon, Mbolo, Espodis, Établissement Rawani, Codipram, Cedicom et Rolla entre autres grossistes retenus.

« Face à une telle déviance intolérable, les opérateurs économiques des commerces de proximité doivent s’approvisionner uniquement auprès des grossistes retenus, notamment dans le grand Libreville », ont fermement indiqué Nicole Roboty et Yves Fernand Manfoumbi.

Lire aussi : Climat des affaires : le gouvernement gabonais séduit les opérateurs économiques français installés dans le pays

Rappelons qu’en 2021, le Gabon a produit 449.748 tonnes d’huile de palme (70.300 tonnes en 2020), soit une hausse de 54,2%. Producteur et exportateur d’huile de palme depuis 2017, le Gabon a décidé de la restructuration de la chaîne de distribution de l’huile de palme raffinée de concert avec Olam Palm, filiale locale du Singapourien Olam International, ainsi qu’avec d’autres acteurs concernés de cette filière. « Ces grossistes véreux ont choisi volontairement et unilatéralement de déséquilibrer le marché par la rétention d’importantes quantités du produit, dans le seul but d’augmenter leurs marges », concluent les membres du gouvernement gabonais dans leur communiqué conjoint.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page