A la UneConjoncture

Hydrocarbures : 15,13 millions de barils de pétrole produits au 1er trimestre 2019

L’information a été rendue publique par le Comité de pilotage et de suivi des Pipelines (CPSP) aux cours d’une réunion à Yaoundé.

La première session ordinaire annuelle du Comité de suivi, Comité de pilotage et de suivi des Pipelines (CPSP), s’est tenue le 28 mai 2019 au siège de la Société nationale des hydrocarbures (SNH) à Yaoundé, sous la présidence d’Adolphe Moudiki, directeur général et président du CPSP. L’objectif de la session a été de passer en revue les activités menées au cours du premier semestre de l’exercice 2019. S’agissant de l’exploitation du Pipeline Tchad/Cameroun, les activités menées concernent notamment la surveillance des enlèvements de pétrole brut au terminal de ce pipeline au large de Kribi et le suivi de l’accès de nouveaux expéditeurs de l’année 2019.


>> Lire aussi – Pétrole: un code bientôt en vigueur


À l’issu de ces travaux, le CPSP a informé, par voie de communiqué, que  le Cameroun  a produit 15,13 millions de barils de pétrole brut entre janvier et avril 2019, contre 12,07 millions de barils au cours de la même période de l’année 2018. Ces quantités ont généré pour le pays un droit de transit de 11,58 milliards FCFA contre 8,38 milliards FCFA pour la même période de l’exercice précédent, soit une hausse de 38,19%.  Selon la CPSP, cette hausse des revenus enregistrée au titre du droit de transit s’explique par l’accroissement des volumes de pétrole brut au terminal du pipeline, du fait de l’augmentation de la production des nouveaux expéditeurs.

En ce qui corne le suivi environnemental du gazoduc Bipaga-Mpolongwe, le CPSP dit avoir poursuivi le contrôle de l’intégrité de son emprise et la sensibilisation des autorités locales et des populations riveraines sur les risques liés à son exploitation. Il y a lieu de préciser que, a-t-on appris, depuis la mise en gaz de cet ouvrage le 25 février 2013, aucun incident de nature à affecter son intégrité n’a été enregistré.


>> Lire aussi – Gaz naturel: la SNH permet au Cameroun d’intégrer le Top 20 des exportateurs


Pour rappel, l’oléoduc entre le Tchad et le Cameroun a été mis en service en 2003. Il mesure 1 070 km de long, et relie le site d’extraction de son pétrole brut, aux gisements pétroliers de Doba au sud du Tchad, au terminal de chargement à Kribi sur la côte atlantique du Cameroun. Sa construction est le résultat d’un projet de 4,2 milliards de dollars mis en œuvre par un consortium soutenu par la Banque Mondiale, impliquant ExxonMobil, Chevron, Petronas et les gouvernements du Tchad et du Cameroun. Les opérateurs du pipeline sont la Tchad Oil Transportation Company (TOTCO) au Tchad, et la Cameroon Oil Transportation Company (COTCO) au Cameroun. La Banque Mondiale a accordé un prêt de 39,5 millions de dollars US au Tchad, et un prêt de 53,4 millions de dollars US au Cameroun. La SFI a prêté à TOTCO et COTCO 100 millions de dollars chacun.

Droit de réponse de la SNH parvenu à notre rédaction suite à la publication de cet article

Pipeline Tchad/Cameroun : du 1er janvier au 30avril 2019, un volume cumulé de 15,13 millions de barils de pétrole brut a été enlevé au terminal Kome-Kribi I, contre 12,07 millions de barils au cours de la même période de l’année 2018. Ce relèvement découle de la hausse des volumes expédiés depuis le Tchad.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!