A la UneConjoncture

Hydrocarbures : la Sonara annonce la suspension de ses opérations de raffinage

Suite à l'imposant incendie qui a ravagé ses unités de production le vendredi 31 mai 2019, Jean Paul Simo Njonou, directeur général de la Société nationale de raffinage, a annoncé, samedi 01 juin 2019, la suspension provisoire de ses engagements contractuels, en attendant l’évaluation des dégâts.

Les activités de la Sonara sont paralysées. Et pour cause, dans la nuit de vendredi 31 mai 2019 aux environs de 21 heures 30, une explosion suivie d’un incendie grave a détruit plusieurs unités de production de la Société nationale de raffinage, provoquant des dégâts matériels. Face à cette situation, Jean Paul Simo Njonou, directeur général de l’entreprise, a informé par voie de communiqué l’« arrêt de production de toutes nos unités pour une période à déterminer ».

Dans cette note qui date du 1er juin 2019, le Dg a déclaré un « cas de force majeure et la suspension provisoire de nos engagements contractuels, en attendant l’évaluation définitive des dégâts »,  tout en promettant que des efforts sont entrepris pour « la reprise de nos activités dans les meilleurs délais ».

Selon des sources concordantes, c’est « l’unité 20 de la Sonara » qui aurait brulé. Quelques bacs de pétrole et un bâtiment administratif partis en fumée. La piste d’une panne technique sur les installations est privilégiée. « Il y a eu des coupures intempestives d’Eneo sur le site tout au long de la journée (vendredi 31 mai 2019, Ndlr) », a confié un cadre de l’entreprise.

Pour rappel la Sonara compte pour une grande partie de la dette des entreprises publiques camerounaises. Bien qu’elle ait diminué depuis 2014, la dette de la Sonara s’élevait malgré tout à 3,5 % du PIB en 2016, soit un quart de la dette totale des entreprises publiques. La Sonara a été déclarée entreprise publique stratégique mais sa capacité de raffinage est trop limitée pour garantir sa viabilité financière.

La Sonara, qui dispose d’un outil ne lui permettant pas pour le moment de raffiner le pétrole brut du Cameroun (brut lourd et acide) est obligée de s’approvisionner régulièrement à l’extérieur: Nigéria et Guinée Equatoriale en particulier. Le “Bonny Light”, brut produit au Nigéria, est un brut léger, avec une faible teneur en soufre et facile à transformer. La Sonara, située à Limbé (Sud-Ouest), à travers le brut léger qu’elle achète/importe et raffine, permet d’approvisionner le marché national et régional dans divers produits pétroliers: butane, essence super, jet, pétrole lampant, gasoil, distillat, fuel oil. Depuis 2010, la raffinerie est engagée dans un processus de modernisation de ses installations qui doit lui permettre de porter sa capacité de production de 2 100 000 tonnes à 3 500 000 tonnes.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!