A la UneBusiness

Hydrocarbures: Mrs Cameroon au bord de la faillite

La filiale camerounaise du nigérian Mrs Holdings Ltd. connaît une chute vertigineuse de ses résultats financiers. Conséquences : fermeture de plateformes, ruptures de contrat, dette colossale, audit d'entreprise etc....

Corlay Cameroun S.A, exploitant des stations-services  Mrs et filiale du groupe nigérian Mrs Holdings Ltd., broie du noir. L’entreprise de distribution des produits pétroliers et de lubrifiants s’enlise dans de graves difficultés financières. Pour preuve, la dénonciation de quelques contrats ou l’incapacité de l’entreprise à honorer ses prestations auprès de ses partenaires : Sonara, Scdp, ses partenaires stratégiques en approvisionnement en produits pétroliers, gaz et lubrifiants, les transporteurs routiers ou encore Essoka Security, une société de gardiennage de la place ou la Setraps, la Société d’étude de travail et de prestations de services, son partenaire dans la certification sécurité et environnement, techniquement appelée QHSE.


>> Lire aussi – La Sonara accusée d’incivisme fiscalo-douanier


« Pour faire suite au changement du progiciel de gestion en cours dans notre société, nous venons par la présente vous notifier notre décision de mettre un terme au contrat de fourniture et prestations de service qui lie Setraps et Corlay Cameroun depuis février 2014« , c’est la teneur d’une correspondance adressée par Jibrin Otunba, le nouveau Directeur général de Corlay Cameroun S.A. L’entreprise s’appuie sur l’article 8 de la page de garde al.1 dudit contrat, qui dispose :  » le présent contrat pourra être dénoncé par l’une des parties, par lettre portée avec décharge, adressée à l’autre partie au moins 2 mois avant l’expiration de la période contractuelle en cours« . D’après les termes du contrat dénoncé par Corlay Cameroun S.A., la rupture prend effet dès ce 31 janvier 2019.

Sauf que, en proie à de graves difficultés de trésorerie, la filiale nigériane n’indique aucune disposition de règlement de sa dette auprès de son partenaire. Daniel Kana Kana, le Directeur général de la Setraps, flaire plutôt « une arnaque » de la part de Corlay Cameroun S.A. qui d’après lui, « ne veut pas s’acquitter de sa dette« .  Une dette évaluée à 62.000.000 de FCFA TTC. Soit 12 mois de prestations à raison de 5.000.000 de FCFA mensuellement. Ce 28 janvier 2019, une dizaine d’employés de la Setraps effectuait un sit-in près la Direction générale de Corlay Cameroun S.A. à Akwa Douala, sous le regard d’une dizaine d’agents de sécurité de la société Essoka Security. En l’absence de Jibrin Otunba, Kana Kana Daniel, sera néanmoins reçu par un responsable de Corlay Cameroun S.A. Rien n’aura malheureusement filtré de cette rencontre qui s’apparentait à une session de négociation: « nous avons pris rendez-vous dans une semaine « , apprendra-t-on simplement du Directeur général de Setraps.

Autre poste en chute,  la vente de l’essence, son principal produit commercial. De 25.000.000 de litres par mois, les chiffres de vente en essence oscillent désormais entre 7 et 8.000.000 de litres par mois


>> Lire aussi – Hydrocarbures: comment Eneo a fait chuter les ventes de Gaz du Cameroun


Corlay Cameroun S. A sort pourtant de loin. L’entreprise traine par exemple une lourde ardoise auprès de son fournisseur Sonara. Evaluée à plus de 7 milliards de FCFA, le camerounais Paul Biholong ancien Directeur général de Corlay Cameroun S.A débarqué en novembre 2018, aurait épongé plus de la moitié de cette enveloppe. Malgré tout, le nombre de stations-services Mrs est en nette diminution. Au départ, 130 au total. Autre poste en chute,  la vente de l’essence, son principal produit commercial. De 25.000.000 de litres par mois, les chiffres de vente en essence oscillent désormais entre 7 et 8.000.000 de litres par mois.

De sources dignes de foi, les stations-services Mrs opérationnelles dans les villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam, environ 100, fonctionnement cahin-caha, certaines simplement fermées. Si les activités du groupe  Holdings Ltd. s’étendent dans le domaine du transport aérien et maritime, sa filiale hydrocarbures au Cameroun bat sérieusement de l’aile.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!