A la UneBusinessNon classé

Immeuble siège de la CAA: une facture de 14 milliards Fcfa bloquée depuis 5 ans

Construcciones Galdiano SA qui a réalisé les travaux de l’immeuble siège du gestionnaire de la dette du Cameroun n’a pas été payée, du fait des batailles entre deux Espagnols qui se disputent la paternité de l’entreprise.

Le nouvel immeuble siège de la Caisse autonome d’amortissement (Caa), le gestionnaire des fonds d’emprunts publics de l’Etat, des organismes publics, parapublics et de ses correspondants, construit sur le Boulevard du 20 mai à Yaoundé, est prêt depuis plus de cinq ans et occupé depuis deux ans. Mais, Construcciones Galdiano SA, l’entreprise qui a réalisé les travaux de ce joyau architectural n’a toujours pas été payée. La raison ? D’interminables batailles entre deux Espagnols qui revendique chacun la paternité de l’entreprise. Il s’agit des nommés Francisco Javier Galdiano Garcia et de Juan Azor Mohedano. Depuis le 20 novembre 2014, le tribunal de première instance (Tgi) de Yaoundé-centre administratif avait bloqué le compte de cette société, ouvert dans les livres d’Afriland First Bank et dans lequel le gouvernement du Cameroun devait déposer 14 milliards Fcfa représentant le reste du montant du financement du projet.

Il faut préciser que l’enveloppe globale du projet était de 17 milliards Fcfa. Le groupement Cauduc/Egis Cameroun, le premier adjudicataire du marché de construction de l’immeuble siège de la Caa dont le contrat avait été résilié, avait perçu une avance de 3 milliards Fcfa. Ce 24 avril, la juridiction citée supra statuera sur une demande de référé d’heure en heure introduite par sieur Azor Mohedano.

Cette requête consultée par l’hebdomadaire d’informations judiciaire Kalara, renseigne en substance qu’au moment où l’entreprise Construccionnes Galdiano gagne le marché, en 2011,  son dirigeant est Francisco Javier Galdiano Garcia. Confrontée à des difficultés financières qui font planer le spectre d’une faillite,  ce dernier décidera de céder «l’universalité des actions, avoirs et droits du groupe Galdiano» à Innavazor Constructions And Logistics, propriété de Azor Mohedano. La transaction a lieu en Espagne, et Azor Mohedano est désigné comme seul et unique propriétaire de l’entreprise.

Le 17 mai 2014, l’acte de vente est déposé  au niveau de l’étude Mboudou Ahanda, Nguni Messina et Kwa Mbete, notaires établis à Yaoundé. Coup de théâtre, unilatéralement, sieur Galdiano réussira à obtenir la résiliation du contrat de vente en Espagne, grâce à une procuration qui lui permet d’agir au nom de la société Innovazor. Puis une ordonnance d’exéquatur qui rend exécutoires l’acte de la justice espagnole au Cameroun.

Azor Mohedano avait obtenu, en 2016, l’annulation de l’acte notarié résiliant l’acte de vente du groupe Galdiano. Mais, la justice espagnole n’a pas rendu son verdict, à la suite de l’appel interjeté par Javier Galdiano Garcia. Sur place au Cameroun, la Cour suprême a été saisie par Azor Mohedano, et l’affaire est pendante de ce côté-là.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!