Conjoncture
A la Une

Indice des prix : L’inflation augmente dans les villes de Maroua et de Garoua

Les deux villes du grand Nord se classent derrière Buéa, Bamenda et Bafoussam qui continuent d’avoir le plus grand taux d’inflation sur le territoire national.

L’Institut national dans la statistique (INS) a rendu public sa « Note sur l’évolution de l’inflation au premier semestre 2020 ». De ce document il ressort que les prix à la consommation ont progressé au 2e trimestre de l’année en cours à 0,6%, situant ces derniers à 2,5% en moyenne sur les douze derniers mois, comparativement à 2,4% il y a un an. Cette variation qui correspond à celle de janvier et mars, a légèrement progressé par rapport au niveau de février, avril et mai (+2,6%). Les tensions inflationnistes étant renforcées alors dans les villes du grand Nord que sont Maroua et Garoua. Tant dis que dans les villes de Buéa, Bamenda, et Ebolowa elles demeurent quoique atténuées.

Lire aussi : Les prix des denrées alimentaires en hausse dans les villes de Yaoundé et Douala

L’on observe alors sur les douze derniers mois que malgré le fait que les poussées inflationnistes soient plus élevées à Buéa (+3,6% après +3,8% au 1er trimestre), Bamenda (+3,3% après +4,3% au 1er trimestre) et Bafoussam (+3,0% comme au 1er trimestre), elles ont accéléré à Maroua (+2,7% après +1,7% au 1er trimestre) et à Garoua (+2,5% après +2,1% au 1er trimestre). Les autres chefs-lieux de région ont enregistré quant-à-eux un taux d’inflation en dessous du niveau national soit (+2,3%) pour Yaoundé, (+2,3%) Douala, (2,1%) Ngaoundéré, (+1,9%) à Bertoua et (+1,2% après +1,8% au 1er trimestre) Ebolowa.

Lire aussi : Cameroun : le taux d’inflation en hausse au premier trimestre 2020

La Note de l’INS prend en compte deux facteurs qui contribuent à la hausse de l’inflation sur le plan national. Il s’agit des produits alimentaires et d’autres sources telles que le logement, l’eau, l’électricité etc. Sur la période sous revue, les prix des produits alimentaires progressent de 3,2% après +1,9% sur la même période en 2019. Cette hausse s’explique principalement par le renchérissement de prix des fruits (+9,2% après +7,8% au 1er semestre 2019), des légumes (+7,4% après +2,7% au 1er semestre 2019), des viandes (+5,2% après -0,5% au 1er semestre 2019) ainsi que ceux des sucres, confitures, miels, chocolats et confiseries (+3,3% après +2,4% au 1er semestre 2019). Les prix des pains et céréales (+2,3% après +2,7% au 1er semestre 2019), ainsi que ceux des laits, fromages et œufs (+0, 6% après +0,8% au 1er semestre 2019) ont également augmenté.

Classé dans la catégorie « autres sources d’inflation » dans le rapport de l’INS, des volets tels que : le logement, l’eau, le gaz, l’électricité et autres combustibles constitue la deuxième source d’inflation au cours des douze derniers mois (+3,1%).

Lire aussi : Le Mincommerce en guerre contre l’inflation des prix des produits pharmaceutiques

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page