Politiques Publiques

Infrastructures publiques : les autoroutes à livrer en 2021

Les trois grands projets d’autoroutes que sont Yaoundé-Douala (256km), Kribi-Lolabé (38,50km) et Yaoundé-Nsimalen (23,3km), pour un coût total des travaux évalué à 673,78 milliards FCFA entreront en service dès cette année.

Dans le contexte actuel de libre-échange, l’Etat du Cameroun a initié ces dernières années de nombreux chantiers de constructions, réhabilitation et entretient, du réseau routier du pays. Ce qui va, à coup sûr changer le paysage routier du Cameroun, qui s’est considérablement diversifié, ceci dans le dynamisme du renforcement du filet routier de l’Etat. Le secteur des transports camerounais, est un point important de l’économie nationale, de ce fait ces différents chantiers verront le jour en 2021.

La section autoroute Kribi-Lolabé 38.50km et ses voies de rétablissement (4.9km), vont bénéficier de l’appui de l’entreprise chinoise China Harbour Engineering Company (Chec), dans le financement, la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance. Ceci, grâce à la signature ce 30 décembre du partenariat public-privé par les ministres des Travaux publics (Mintp), des Finances et l’entreprise Chec. D’un montant de prestations, évalué à près 250 milliards, la signature du présent partenariat public-privé pour une durée de 31 ans, marque la matérialisation effective de l’infrastructure public. « Avec ce PPP, Chec va pouvoir mobiliser les financements nécessaires pour faire avancer les travaux rendus à 88,8% à date », a expliqué le Mintp Emmanuel Nganou Djoumessi. L’ouverture à la circulation de cet ouvrage est prévue pour le mois d’octobre 2021, le Mintp, affirme qu’il veillera au respect du planning édicté par l’entreprise chinoise. Le partenariat démontre de la volonté des deux parties d’acheminer les travaux en cours, qui sont réalisé à hauteur de 90%, « les travaux de construction sont achevés, mais une autoroute, ce n’est pas seulement une chaussée .ce sont aussi les équipements de fonctionnalité, les équipements d’exploitation qu’il faut installer pour mettre l’autoroute en circulation », fait savoir le Mintp.

Lire aussi :  Autoroute Kribi-Lolabé : les dessous de l’attribution du marché à la Chine

Yaoundé-Nsimalen : le CHAN ouvre la voie de l’autoroute

« L’autoroute sera ouverte. Nous sommes descendus le 14 décembre pour nous assurer que nous pouvons ouvrir cette autoroute», déclarait avec assurances le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain (Mindhu), lors de sa visite d’inspection sur ce chantier le 31 décembre dernier. Chose promise chose due, car depuis quelques jours les automobiles peuvent déjà emprunter cette voie. Il s’agit tout de même d’une mise en circulation provisoire. Sont attendus les règles sécuritaires, l’itinéraire devant être emprunté, les points de positionnement des postes de police provisoire. L’entreprise chinoise China Communications Construction Company (Cccc) en charge des travaux, raccorde provisoirement cet ouvrage à la Nationale N°3, au lieu-dit échangeur Ahala. Cela a pour effet une meilleure circulation des usagers. Afin d’optimaliser la sécurité sur cet axe routier, des postes de contrôles routiers équipés de vidéosurveillances, sont en cours d’installation.

Lire aussi : Infrastructure routière : la boulimie du chinois Cccc

L’autoroute Douala-Yaoundé

Répartie en deux phases dont Yaoundé-Bobodi 60km, et Bobodi-Douala 196km, a connu une double prolongation des délais du fait de la mobilisation tardive par l’Etat du Cameroun des fonds de contrepartie et aussi la libération tardive des emprises par les populations. Des facteurs qui n’ont pas facilité le respect du calendrier de livraison. Selon le Mintp, les travaux de la première phase sont actuellement achevés à 40%, et le taux physique d’exécution est de 91%. La réception de la première phase du chantier a eu lieu le 31 décembre 2020. La deuxième phase du projet, Bobodi-Douala (196km), attend encore la signature du contrat public-privé, prévue par l’Etat du Cameroun d’ici le 30 mars 2021 pour sa réalisation. A cet effet, le gouvernement a lancé un avis d’appel d’offre public international à manifestation d’intérêt, dans le but de sélectionner les entreprises devant appuyer le gouvernement pour le financement du chantier. Le présent projet à terme, doit permettre une liaison des pôles portuaire du pays, et par extension une amélioration de leurs liaison avec la capitale politique.

Lire aussi : Autoroute Yaoundé-Douala : les mauvais comptes du ministère des travaux publics

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page